Accéder au contenu principal
France / Mali

France: manifestation de soutien aux Peuls du Mali à Paris

Rassemblement de soutien des Peuls de région parisienne aux Peuls du Mali, à la gare Montparnasse, à Paris, une semaine après le massacre dans le village d'Ogossagou, le 23 mars dernier, qui a fait 160 victimes.
Rassemblement de soutien des Peuls de région parisienne aux Peuls du Mali, à la gare Montparnasse, à Paris, une semaine après le massacre dans le village d'Ogossagou, le 23 mars dernier, qui a fait 160 victimes. RFI/Lucas Martin
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La communauté peule de Paris s'est rassemblée face à l’horreur. Une semaine après le massacre d'au moins 160 personnes dans le village d’Ogossagou, au centre du Mali, environ 500 personnes ont manifesté samedi 30 mars, depuis la gare Montparnasse jusqu'à l’ambassade du Mali dans la capitale française.

Publicité

Les manifestants redoutent que les violences s’amplifient et en appellent à une réaction forte du gouvernement malien.

Quand je vois mon peuple être massacré comme ça, je pense que c’est vraiment inadmissible. C’est juste pour dire au gouvernement malien qu’on a vraiment ras-le-bol d’entendre à chaque fois qu’il y a des Peuls qui sont assassinés à gauche, à droite… C’est des massacres, en fait. Si ça continue comme ça, c’est une marche vers le génocide.Les Dogons et les Peuls ont toujours existé. Même aujourd’hui, au moment du massacre, il y a des villages de Peuls qui cohabitent avec des villages dogons et qui s’en fichent royalement du conflit. Donc, ce n’est pas un problème de Dogons. C’est un problème politique. L’armée malienne a sous-traité la sécurité des Maliens qu’elle a remise aux Dogons. Ça, il faut que ça s’arrête ! C’est la raison pour laquelle nous voulons une chose très simple: dissoudre toutes les milices qui existent au Mali. Procéder, donc, à leur désarmement total, (identifier) toutes les personnes qui sont impliquées dans ces massacres, y compris la milice Dan Nan Ambassagou, même les autorités maliennes qui sont des complices, pour que toutes ces personnes-là soient attrapées, jugées convenablement, afin que justice soit rétablie.Nous n’avons pas dit que nous allons casser des choses, tuer des gens… Non ! La violence est l’arme des faibles. Mais à un moment donné, aussi, il faut savoir dire stop ! »

Mimo Dia, organisateur de la manifestation peule de Paris, au micro de Lucas Martin

► A lire aussi : Mali: plus de cent morts dans un massacre dans le village peul d'Ogossagou

Le village d'Ogossagou dans le centre du Mali.
Le village d'Ogossagou dans le centre du Mali. RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.