Accéder au contenu principal
Tchad

Tchad: Saleh Kebzabo perd son titre de chef de file de l’opposition

Saleh Kebzabo, en mai 2001.
Saleh Kebzabo, en mai 2001. AFP/Desirey Minkoh
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dans un arrêt rendu vendredi 12 avril, la Cour suprême du Tchad a décidé de la désignation de Romadoumngar Félix Nialbé comme nouveau chef de file de l’opposition. Pour sa première réaction depuis qu'il a appris son éviction, Saleh Kebzabo affirme que la Cour suprême s'est mise à côté de la loi. Il dénonce des manœuvres du pouvoir et affirme qu'il n'entend pas renoncer.

Publicité

Depuis qu'un député de l'Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR) a rejoint les rangs du parti au pouvoir, le groupe parlementaire de Saleh Kebzabo ne compte plus que sept députés et l’Union pour la République et la démocratie (URD) en a huit. C'est ce qui fondé la décision la Cour suprême pour Romadoumngar Félix Nialbé, le nouveau chef de file : « C’est la démission qui a provoqué cela. Ce ne sont pas des manœuvres du régime. C’est le droit qui a été dit parce que, vous savez comme moi, que huit est supérieur à sept. »

Quant à Saleh Kebzabo, il dit sa surprise, dénonce des manœuvres du pouvoir : « La Cour suprême désigne le chef de l’opposition, ce qui n’est pas dans ses prérogatives. Elle ignore totalement l’article 8 qui dit exactement ceci : ‘le mandat du chef de l’opposition couvre toute la durée de la législature’. Il n’y a pas d’interprétation possible. Comme elle ignore cet article pour lui permettre de faire ce coup fourré, la Cour suprême se met donc à côté de la loi, ce que nous déplorons.  Et tant que le droit ne sera pas dit, je ne m’inclinerai pas. C’est contraire à mes habitudes, mais là cette fois-ci, je crois que trop, c’est trop. Dans ce pays, on ne fait que violer la loi. Il faut arrêter. »

Et comme un pied de nez au pouvoir, Saleh Kebzabo assure qu'il continuera à exercer ses fonctions : il convoquera des réunions et s'adressera à l'opinion en tant que chef de file. Saleh Kebzabo annonce par ailleurs que le congrès de son parti l'UNDR se tiendra finalement ce mardi à Ndjamena. Initialement prévu vendredi à Mongo, dans le centre du pays, le congrès avait été interdit par les autorités.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.