Accéder au contenu principal
RCA

RCA: trois mois après l'accord de paix, l'heure est à un premier bilan

Vue générale de la capitale de la Centrafrique, Bangui. (Photo d'illustatrion)
Vue générale de la capitale de la Centrafrique, Bangui. (Photo d'illustatrion) REUTERS/Siegfried Modola
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En RCA, l’accord de paix entre 14 groupes armés et le gouvernement a été signé il y a trois mois déjà, le 6 février dernier. Cet accord était au centre des discussions du Conseil de cabinet mardi 7 mai à Bangui. Le porte-parole du gouvernement a insisté sur la nécessité de communiquer sur l’accord, de l’expliquer aux populations, alors que des impatiences se font déjà sentir.

Publicité

Routes coupées, violences, non levée des barrières… Les violations de l’accord sont nombreuses, selon les observateurs en Centrafrique. Un constat qui fait réagir la société civile ainsi qu’une partie de l’opposition comme Me Nicolas Tiangaye, président de la Convention républicaine pour le progrès social.

« Nous attendons que cet accord devienne effectif au niveau de la sécurisation du pays et puis de la restauration de l’autorité de l’État. Or, il y a des cas de violations de l’accord et particulièrement des assassinats, des massacres. Il n’y a pas eu de réaction du gouvernement. Nous attendons que le gouvernement dénonce ces violations des groupes armés », explique-t-il.

L'accord se met en place doucement

Une parole publique limitée afin de ne pas entraver le processus, justifie le porte-parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui. « Nous n’allons pas nous précipiter à chaque incident pour donner des réponses fortes, se défend-il. Nous voulons donner une chance à l’accord, donc il faut passer par toutes les dispositions qui sont dans l’accord et, par la suite, s’il n’y a pas d’évolution, alors il faut aller vers une réaction telle que l’attendent les populations ».

Aujourd’hui, l’accord se met en place tout doucement. Un nouveau gouvernement a été nommé. Les comités locaux de paix sont mis en place ou en cours d’organisation. Cependant, la création de la Commission vérité justice réparation et réconciliation ainsi que les unités spéciales mixtes, très attendues, a, elle, pris du retard.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.