Accéder au contenu principal
Algérie

Des milliers d'Algériens manifestent au premier vendredi du ramadan

Manifestation à Alger, le 10 mai 2019.
Manifestation à Alger, le 10 mai 2019. REUTERS/Ramzi Boudina
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Les Algériens ont de nouveau manifesté ce vendredi 10 mai, pour la douzième semaine consécutive mais la première depuis le début du ramadan.

Publicité

Cette nouvelle journée de mobilisation avait valeur de test. En ce premier vendredi de ramadan, les manifestants seraient-ils aussi nombreux que les semaines précédentes ? Test réussi. Ils étaient encore des milliers – hommes, femmes et enfants – à défiler dans les rues d'Alger.

Le cortège était très marqué par les messages contre le chef d'état-major, qualifié notamment de « chef de la mafia ». Beaucoup de chants et de slogans ont été entonnés. « C'est une République, pas une caserne. État civil, pas militaire », a-t-on ainsi pu entendre. Surtout, de nombreux manifestants ont réaffirmé cet après-midi leur opposition à l'élection du 4 juillet prochain. « C'est impossible, on ne peut pas organiser des élections avec le système qui a soutenu la candidature d'Abdelaziz Bouteflika en début d'année », expliquait un protestataire.

C'est un devoir de venir manifester. On a fait à manger ce matin, et on est sortis.

[Reportage] Les Algériens dans la rue au premier du ramadan

La manifestation s'est déroulée dans le calme à Alger. Pour la plupart, les manifestants sont ensuite rentrés chez eux. Mais des appels à des rassemblements dans le pays ont été lancés pour la soirée, après la rupture du jeûne et la prière du soir.


  • La mise en détention provisoire de Louisa Hanoune suscite l'indignation

Les réactions d'indignations se multiplient après la mise en détention privisoire de Louisa Hanoune. La secrétaire générale du Parti des travailleurs, opposante de longue date, a été arrêté dans le cadre de l’enquête pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’État » qui touche déjà le frère de l’ancien président, Saïd Bouteflika et deux anciens hauts responsables des services de renseignement.Louisa Hanoune n’a jamais caché sa proximité avec l’ex-chef de l’État et sa famille. Récemment, elle a aussi ouvertement critiqué les agissements du nouvel homme fort du pays, le chef d'Etat major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah. Pour El Kadi Ihsane, journaliste et analyste, cette nouvelle arrestation est la preuve que Gaïd Salah règle des comptes et se débarrasse des personnes qui pourraient être trop critiques vis à vis de lui.

Il est en train de régler des comptes personnels. Il profite de ce vide institutionnel. Et puis, il essaie de présenter ça comme allant dans le sens des revendications populaires.

Pour le journaliste et analyste, El Ihsane, l'arrestation de Louisa Hanoune est un règlement de compte

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.