Accéder au contenu principal
RDC / Ebola

Ebola en RDC: l'épidémie ralentit, mais l'OMS s'inquiète pour les soignants

Des membres de la Croix-Rouge congolaise enterrent une personne décédée du virus Ebola à Butembo le 28 mars 2019.
Des membres de la Croix-Rouge congolaise enterrent une personne décédée du virus Ebola à Butembo le 28 mars 2019. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Timide avancée mais avancée quand même dans la bataille contre Ebola en RDC. Après une flambée ces dernières semaines, la transmission semble ralentir à Katwa et Butembo où se trouve l’épicentre de la maladie, pour le moment concentrée au Nord-Kivu. Mais l'OMS reste prudente. Les attaques contre les équipes sanitaires sont un fléau. Les premiers touchés sont les agents locaux, formés par les Nations unies, et qui sont aujourd'hui des cibles.

Publicité

Cinq morts et une cinquantaine de blessés, c'est le bilan des plus de 170 attaques contre les personnels de santé depuis le début de l'épidémie. Dernier épisode en date, la mort, la semaine dernière au Nord-Kivu, d'un agent d'une équipe de prévention attaqué, chez lui, par des villageois.

Les équipes locales de riposte payent un lourd tribut dans la lutte contre Ebola. « C'est une arme à double tranchant. On le voit chaque jour. On transfère des compétences à du personnel local, mais ce personnel rentre ensuite chez lui le soir et est potentiellement exposé aux risques d'attaques, explique Michael Ryan, le directeur des opérations d'urgence de l'OMS. Alors quand certains disent que tout ce qu'on a à faire pour vaincre Ebola c'est de transférer les compétences au niveau local qu'ensuite tout ira bien, et bien non, ça n'est pas vrai. C'est un vrai problème. Quand on transfère des compétences, on transfère aussi des risques. Et il faut s'assurer que le personnel local reçoive la meilleure protection possible ».

L'agence des Nations unies pour la santé l'assure. Chaque fois qu'elle a pu travailler dans un environnement qui soutient ses opérations, elle a réussi à contrôler la propagation du virus.

Mais c'est tout l'inverse qui se produit. Les incidents liés à la sécurité ont été trois fois plus nombreux depuis le début de l'année par rapport aux cinq premiers mois de l'épidémie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.