Accéder au contenu principal
RDC

300 000 personnes ont fui les violences dans le nord-est de la RDC selon le HCR

Des enfants déplacés attendent la distribution de nourriture dans un camp de personnes déplacées à Bunia, dans la province d'Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 12 avril 2018 (image d'illustration).
Des enfants déplacés attendent la distribution de nourriture dans un camp de personnes déplacées à Bunia, dans la province d'Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 12 avril 2018 (image d'illustration). REUTERS/Goran Tomasevic
Texte par : RFI Suivre
4 mn

300 000 déplacés en deux semaines: c'est le chiffre énorme avancé par le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), mais qui demeure approximatif. En effet les problèmes de sécurité gênent l’intervention des équipes humanitaires. Le HCR précise que la situation dans la province d'Ituri s'est gravement détériorée depuis le milieu de la semaine dernière avec de «multiples attaques» impliquant les communautés Hema et Lendu.

Publicité

La situation dans le nord-est de la République démocratique du Congo s’est dégradée depuis le milieu de la semaine dernière, avec de nombreux affrontements entre les communautés Hema et Lendu, selon un communiqué du HCR, l'agence de l'ONU pour les réfugiés.

Des milices d'auto-défense qui se sont formées dans chaque camp alimentent un cycle d'attaques, de vengeance et de haine entre les deux ethnies d'après le HCR.
Et lors d'une conférence de presse organisée à Genève, un porte parole onusien s'est dit « très inquiet pour la sécurité des civils après avoir reçu des informations sur des meurtres, kidnappings, mutilations et violences sexuelles ».

Cette fois des déplacements massifs de population qui tentent de fuir ont surtout été signalés dans le territoire de Djugu mais aussi de Mahagi et d'Irumu, trois des cinq territoires de la province d'Ituri.

Difficile pour les humanitaires d'accéder à ces zones et de porter secours aux déplacés à cause des violences. Et le HCR craint que le conflit s'étende avec un autre risque : celui de la propagation du virus Ebola qui sévit tout près.

 

Il y a une montée des violences assez inquiétante dans la province de l’Ituri...

Andreas Kirchhof, porte-parole du HCR en RDC

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.