Accéder au contenu principal
Bénin

Bénin: siège levé autour de la résidence de Boni Yayi

De jeunes manifestants avaient dressé des barricades faites de pneus en feu dans le quartier de Cadjehoun où se situe la résidence de l'ancien président Boni Yayi, à Cotonou, le 1er mai 2019.
De jeunes manifestants avaient dressé des barricades faites de pneus en feu dans le quartier de Cadjehoun où se situe la résidence de l'ancien président Boni Yayi, à Cotonou, le 1er mai 2019. Yanick Folly / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Bénin, les forces de l’ordre qui encerclaient, à Cotonou, la résidence de l'ancien président, Thomas Boni Yayi, ont levé le camp, ce samedi 22 juin. Un geste de décrispation intervenu, suite à une rencontre entre le président Patrice Talon et des notables de la ville de Tchaourou, ville dont est originaire l'ancien chef de l'Etat.

Publicité

La police a tout d’abord enlevé les chicanes et le conteneur qui servait d’abri et de vestiaire aux forces de l'ordre. Les hommes, déployés depuis une cinquantaine de jours maintenant, ont quitté les lieux au petit matin.

La rue autour de la résidence est redevenue une voie passante. Les filtrages et les interdictions d’accès ont pris fin.

Tout est alors allé très vite.

Jeudi, le président béninois Patrice Talon est rentré du Nigeria où il a vu son homologue Muhammadu Buhari. Dans la soirée, il a reçu une délégation de personnalités originaires, comme Boni Yayi, de Tchaourou. Les visiteurs ont « respectueusement » demandé au président la levée des barrières, le feu vert pour l’évacuation sanitaire de l’ancien président et la libération des personnes arrêtées.

Le lendemain, hier vendredi, ils se sont rendus chez Boni Yayi qui serait resté couché pendant les discussions. Le porte-parole a rapporté qu’il était vraiment souffrant.

Les facilitateurs de Tchaourou sont alors retournés chez Patrice Talon et c’est vraisemblablement à ce moment-là que tout s’est décidé. Le président a accepté la levée des barrières autour de la maison et l’évacuation sanitaire devrait intervenir rapidement.

On ignore si le pouvoir laissera partir Boni Yayi sans avoir vu le juge chargé de l’entendre dans l’affaire des troubles liés aux législatives.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.