Mauritanie

Incidents post-électoraux: la diplomatie mauritanienne rassure ses voisins

Une patrouille des forces de sécurité à Nouakchott, le 23 juin 2019.
Une patrouille des forces de sécurité à Nouakchott, le 23 juin 2019. RFI / Paulina Zidi

En Mauritanie, les autorités n'ont toujours pas donné de détails sur la « main étrangère » - selon les termes du ministre de l'Intérieur - qui serait derrière les incidents du début de semaine. Incidents qui ont conduit à l'arrestation de nombreux jeunes, des Mauritaniens et des étrangers originaires d'Afrique de l'ouest - 120 pour ces derniers selon les chiffres donnés hier par le ministre des Affaires étrangères. Celui-ci a encore tenu à rassurer. Ismael ould Cheikh Ahmed assure qu'en aucun cas les pays voisins de la Mauritanie ne sont concernés par cette accusation ni montrés du doigt. Il rappelle les contacts diplomatiques qui ont été pris avec les ambassades dont les ressortissants ont été arrêtés. Contacts pris dans un but d'information et d'apaisement.

Publicité

Nous avons des relations avec ces pays qui sont extrêmement bonnes ; des ambassadeurs des trois pays, j'ai reçu l'assurance qu'ils comprennent tout à fait la démarche et l'attitude et qu'eux-mêmes ils trouvent inacceptables que des citoyens étrangers vivant sur le territoire se mêlent à des évènements dans ce pays

Ismael ould Cheikh Ahmed

■ Le Conseil constitutionnel a annoncé ce vendredi soir dans un communiqué qu'il publiera lundi 1er juillet à 12h les résultats définitifs du premier tour de la présidentielle du 22 juin. Les résultats provisoires rendus publics par la Céni le 24 juin donnent le général à la retraite Mohamed ould cheikh Ghazouani, vainqueur avec 52%, suivi par le militant anti-esclavagiste Birhan Dah Abeid 18% et l'ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar avec 17%. Ces deux candidats ont déposés des recours en annulation pour fraudes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail