Accéder au contenu principal
Libye / États-Unis

Centre de migrants bombardé en Libye: Washington bloque une résolution à l’ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 23 avril 2019. (Image d'illustration)
Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 23 avril 2019. (Image d'illustration) AFP PHOTO/Getty Images North America/Drew Angerer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le bombardement d'un centre de détention de migrants à Tajoura, à côté de Tripoli, en Libye, a soulevé une vague d'indignation. Un scandale qui a aussi conduit le Conseil de sécurité de l'ONU à se réunir en urgence la nuit dernière. Mais la résolution initiée par Londres pour condamner l'attaque n'a pas été adoptée, car les États-Unis s'y sont opposés.

Publicité

Le texte prévoyait de condamner la frappe et d'établir un cessez-le-feu en vue d'un retour au processus politique en Libye. Mais au terme de deux heures et demie de discussions, la mission des États-Unis a voté contre cette résolution.

Washington ne donne évidemment pas d'explication sur les raisons de sa décision, mais des diplomates présents estiment que les États-Unis ne veulent pas de résolution qui critiquerait l'offensive du maréchal Haftar.

D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que l'ONU échoue à parler d'une seule voix à propos de la Libye. Déjà, le 19 avril, Washington et Moscou avaient bloqué ensemble une résolution pour un cessez-le-feu. Le président américain Donald Trump s'était même entretenu par téléphone avec le maréchal Haftar. Nous avons « une vision commune », avait précisé un communiqué de la Maison Blanche.

De plus, Khalifa Haftar est soutenu par l'axe Arabie saoudite - Émirats arabes unis - Égypte, alliés des États-Unis dans la région. L'homme fort de l'Est libyen a vécu vingt ans aux États-Unis, c'est un ancien agent de la CIA, et il possède la nationalité américaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.