Accéder au contenu principal
RDC

RDC: des militants de la Lucha écroués à Goma pour «association de malfaiteurs»

Goma, Nord Kivu, RD Congo : Vue aérienne partielle de la ville de Goma.
Goma, Nord Kivu, RD Congo : Vue aérienne partielle de la ville de Goma. MONUSCO/Michael Ali
Texte par : RFI Suivre
2 min

En RDC, la mobilisation des militants du mouvement citoyen La Lucha se poursuit dans l'est du pays. Ce mouvement a débuté le 16 septembre pour exiger de la société de télécommunication Airtel « des communications à moindre coût et de qualité », comme elle s'y était engagée depuis quatre mois. Depuis, a eu l'arrestation en deux vagues de 36 militants la semaine dernière, sur ordre du procureur près le tribunal de grande instance de Goma. Ces militants ont tous été inculpés et écroués.

Publicité

Le 20 septembre, le procureur près le tribunal de grande instance de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) avait déjà écroué à la prison centrale de la ville les 13 militants de la Lucha arrêtés deux jours plus tôt. Les 23 autres qui étaient encore en garde à vue dans un commissariat de police de la ville les y ont rejoints le 23 septembre.

Tous sont inculpés de quatre chefs d'accusation pour avoir manifesté devant les bureaux de l'opérateur Airtel : imputation dommageable [diffamation], provocation à la désobéissance civile, incitation au manquement à l'autorité publique et surtout, association de malfaiteurs, un crime grave au vu de la peine encourue.

Peine de mort encourue

« Ils sont aussi poursuivis pour association de malfaiteurs, une infraction très grave puisqu'elle est passible de la peine de mort, déclare maître Jean-Luc Bahati, le président du collectif d'avocats qui défend ces militants de la Lucha. Comme chez nous, on ne pratique pas la peine de mort, ils encourent une condamnation pénale à perpétuité. Il s'agit d'une façon de museler les libertés publiques alors que la Constitution les garantit ».

La Lucha se dit « choquée » mais reste mobilisée dans son combat contre la vie chère et la libération de leurs camarades en prison. Ce 23 septembre, ses militants ont fait des sit-in devant les bureaux de la compagnie de télécommunication dans quatre villes du Nord-Kivu : Goma, Butembo, Beni et Rutshuru. « Nous allons intensifier nos actions malgré la répression jusqu'à ce qu'on obtienne satisfaction », assurent-ils.

►À lire aussi : RDC: la Lucha demande la libération de ses 36 militants arrêtés à Goma

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.