Accéder au contenu principal
Guinée

Maroc: d’où venait l’homme retrouvé mort dans un train d'atterrissage d'avion?

Un Boeing 737 NG/Max de la compagnie marocaine Royal Air Maroc (illustration)
Un Boeing 737 NG/Max de la compagnie marocaine Royal Air Maroc (illustration) PASCAL PAVANI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les autorités guinéennes ont affirmé ce mardi qu'il n'était « pas établi » que l'homme d'origine subsaharienne retrouvé mort la veille à Casablanca, dans la trappe du train d'atterrissage d'un avion parti de Guinée, avait embarqué à l'aéroport de Conakry ou qu'il était de nationalité guinéenne.

Publicité

À Conakry comme à Casablanca, on s’interroge sur la nationalité de ce passager clandestin qui a péri dans les trappes de la Royal Air Maroc.

« Nous n’avons pas encore d’informations précises, a déclaré le ministre guinéen des transports Aboubacar Sylla. Les enquêtes sont en cours au Maroc, on n’a pas encore identifié le passager clandestin, on ne connaît pas sa nationalité avec certitude. Je crois qu’il n’est même pas certain qu’on puisse dire catégoriquement que ce passager s’est embarqué à partir de Conakry. »

« En ce qui nous concerne en Guinée, nous avons déjà mis en place une cellule de crise qui elle-même a créé une commission d’enquête, qui est en train de travailler sur le sujet, a encore déclaré Aboubacar Sylla. Toutes les personnes et tous les services qui ont évolué à l’aéroport de Conakry dans la période de l’escale de cet avion ont été interrogées, nous voulons savoir exactement ce qu’il en est. »

Ce n’est pas tout. « Nous avons décidé de dépêcher au Maroc une équipe qui va participer aux investigations des enquêtes en cours au niveau du royaume chérifien, de manière à diligenter ces investigations pour que nous puissions être situés ». Si au terme de ces enquêtes, il s’avère que le clandestin s’est embarqué à partir de Conakry, des têtes vont tomber, promet le ministre.

Identité mystérieuse

La commission d'enquête réunit l'aviation civile guinéenne, l'aéroport, Royal Air Maroc et la gendarmerie du transport aérien. Deux jours après la découverte du corps, on ne connaît toujours pas l'identité du passager clandestin. Royal Air Maroc parle d'un homme d'origine subsaharienne mais sans plus de détails sur sa nationalité.

On ne sait pas non plus comment il a réussi à se glisser dans le train d'atterrissage de l'avion. La compagnie aérienne, dans son communiqué, déclare que le migrant s'est infiltré sur la piste de l'aéroport de Conakry. Mais pour le ministère des Transports guinéen, rien ne prouve que l'homme est bien monté dans l'appareil ce dimanche 29 septembre.

Car le corps était congelé par le froid glacial. À 10 000 mètres d'altitude, les températures descendent en dessous de - 50°C. Il a donc pu être conservé pendant plusieurs jours et plusieurs trajets avant d'être retrouvé par les agents de l'aéroport de Casablanca ce lundi matin.

►À lire aussi : Guinée: il y a vingt ans, Fodé et Yaguine s'envolaient pour fuir la misère

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.