Burundi/Tanzanie

Près de 600 réfugiés burundais en Tanzanie rapatriés «volontaires»

Des bus transportant près de 600 réfugiés burundais sont arrivés à la frontière de Gisuru à Ruyigin le 3 octobre 2019.
Des bus transportant près de 600 réfugiés burundais sont arrivés à la frontière de Gisuru à Ruyigin le 3 octobre 2019. TCHANDROU NITANGA / AFP

Quelque 600 Burundais réfugiés en Tanzanie ont été rapatriés jeudi 3 octobre de leur plein gré dans leur pays d'origine.

Publicité

Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés avait prévu depuis quelques jours de rapatrier au Burundi 400 réfugiés, tous des volontaires.

Ce sont finalement 588 réfugiés qu'il a acheminés jusqu'au site de transit de Nyabitare dans la province de Ruyigi, dans l'est du Burundi. Le HCR assure qu'il a bien vérifié que « ceux qui ont été ajoutés au groupe se sont rapatriés volontairement ».

Depuis 2017, plus de 78 000 réfugiés burundais ont été rapatriés de Tanzanie. Mais le flot s'est amenuisé au fil du temps, au grand dam des gouvernements des deux pays.

Après une rencontre avec son homologue burundais fin août, le ministre tanzanien de l'Intérieur avait annoncé qu'ils allaient rapatrier de gré ou de force tous les réfugiés burundais à partir du 1er octobre. Une décision dénoncée par la communauté internationale. Tout le monde avait donc les yeux fixés sur cette date.

Changement de ton jeudi matin. Le porte-parole du gouvernement tanzanien Hassan Abbas, a assuré au cours d'une conférence de presse à Dar es-Salaam qu' « aucun réfugié burundais ne sera forcé de retourner dans son pays ».

Dans le camp de réfugiés de Nduta, Gérard, qui a fui le Burundi depuis la crise de 2015 se dit soulagé, mais il espère que « les autorités tanzaniennes ne vont pas changer une nouvelle fois d'avis ».

Les 588 réfugiés rapatriés au Burundi doivent être acheminés vers leurs collines d'origines respectives ce vendredi. Il reste quelque 225 000 réfugiés burundais en Tanzanie, alors qu'un millier de Burundais continuent de fuir chaque mois leur pays, selon le HCR.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail