Accéder au contenu principal
Ebola / Grands lacs

L'insécurité dans les pays des Grands lacs au menu d'une réunion de la CIRGL

Kafunzi, Province du Nord Kivu, RD Congo: les soldats des Forces armées de la RD Congo, avec l’appui de la Force de la MONUSCO, poursuivent la traque des groupes armés à l’est de la RD Congo (illustration).
Kafunzi, Province du Nord Kivu, RD Congo: les soldats des Forces armées de la RD Congo, avec l’appui de la Force de la MONUSCO, poursuivent la traque des groupes armés à l’est de la RD Congo (illustration). Photo MONUSCO/Alain Wandimoyi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ebola et la sécurité dans la région des Grands Lacs sont les deux points qui ont été au centre de la réunion des ministres de la CIRGL (Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs) à Brazzaville, mardi 15 octobre. Les dirigeants des États de la sous-région semblent déterminés à trouver une solution au problème de l’insécurité qui empêche le développement des pays.

Publicité

Cette réunion s’est achevée sur une note d’espoir, a déclaré Jean-Claude Gakosso. Le ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville qui accueillait ses collègues de la sous-région, a mis l’accent sur les efforts du président Félix Tshisekedi pour imposer la paix en RDC.

« Il a été en Ouganda, au Rwanda, donc il y a un nouvel état d'esprit dans la sous-région qu'il faut consolider », nous explique Jean-Claude Gakosso. Félix Tshisekedi a ainsi fait preuve de « sa volonté de dialoguer avec tous les voisins de l'Est, puisque c'est de là que viennent la plupart des problèmes en RDC », selon lui.

De son côté, Guillaume Manjolo, le ministre d’Etat à la Coopération de la République Démocratique du Congo, a parlé de l’implication des pays dont sont originaires les groupes armés étrangers en RDC. « On a tenté de responsabiliser les pays d'où sont originaires ces troupes étrangères et, pour ce qui concerne celles de la RDC, il y a un travail fait au niveau des forces armées », selon Guillaume Manjolo.

Pour les participants à la réunion de Brazzaville, il faut aller au-delà de la volonté politique et des simples dénonciations.

À lire aussi : Vers des opérations conjointes de la RDC avec ses voisins de l’Est ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.