Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: la candidature de Soro, une question de soutiens et de stratégie

Guillaume Soro le 15 février 2019 à Abidjan. (Image d'illustration)
Guillaume Soro le 15 février 2019 à Abidjan. (Image d'illustration) ISSOUF SANOGO / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Guillaume Soro s’est officiellement lancé dans la course à la présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire. L’ex-président de l’Assemblée nationale peut d’ores et déjà compter sur de nombreux soutiens. Voilà quelques années que de jeunes formations politiques et mouvements citoyens appellent à une candidature soroïste. Mais que pèse réellement cette mosaïque de soutiens ?

Publicité

Le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire, le Mouvement pour la promotion de valeurs nouvelles, ou encore l’Union des soroïstes… Et ce n’est qu’un aperçu de la liste des partis et mouvements politiques souhaitant porter l’ex-président de l’Assemblée nationale à la tête du pays. Samedi dernier à Valence, Guillaume Soro leur donne satisfaction en annonçant enfin sa candidature et en lançant son mouvement Générations et peuples solidaires (GPS).

Mais si le nombre de soutiens semble important, leur poids politique ne l’est pas encore. Les élections régionales et municipales d’octobre 2018 n’ont pas permis aux soroïstes de s’imposer localement. Et très peu de têtes d’affiche se distinguent pour le moment.

Selon le politologue Sylvain N’Guessan, Guillaume Soro pourrait bien s’inspirer du modèle de conquête du président français Emmanuel Macron. Mais l’analyste estime que cette stratégie pourrait s’avérer inefficace si l’ex-chef rebelle maintient une concentration verticale du pouvoir.

De plus, un nombre pléthorique de formations politiques pourrait bien faire naître à l’avenir des rivalités entre les différentes factions. Mais, pour l’instant, le président du Raci (Rassemblement pour la Côte d'Ivoire), Kanigui Soro, affirme que tous travaillent en synergie pour servir leur but commun : faire de Soro le prochain président de Côte d’Ivoire.

En attendant, l’ancien chef rebelle garde la méthode macronienne et appelle ses supporters internautes à créer des comités locaux citoyens afin d’implanter le mouvement GPS à travers le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.