Accéder au contenu principal
Mali

Mali: le congrès de l’Azawad tente de donner un nouveau souffle à l'accord d'Alger

Le HCUA est notamment basé à Kidal dans le nord du Mali.
Le HCUA est notamment basé à Kidal dans le nord du Mali. Wikimédia
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Le congrès du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), qui fait partie des groupes armés de l’ex-rébellion qui contrôlent toujours la ville de Kidal (nord-est du Mali), a pris fin mardi.

Publicité

Le congrès pour le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) est d’abord la victoire d’un homme : Alghabass Ag Intalla. Il est confirmé dans ses fonctions de secrétaire général et à Kidal, rien ne se fait sans lui. Des invités au congrès notamment venus du Niger, de la Mauritanie et de l’Algérie l’ont constaté.

Réélu par les congressistes avec un score nord-coréen, il prend même l’initiative : regrouper tous les mouvements armés du nord du Mali au sein d’un mouvement politique.

L’accord d’Alger incontournable

À Kidal, il a été également question de l’accord de paix d’Alger. La ville malienne est toujours aux mains des ex-rebelles, même si un gouverneur nommé par Bamako est présent, mais discret.

Pour le secrétaire général du HCUA, il faut appliquer l’accord de paix d’Alger pour sortir de l’impasse. « Sans cet accord, vraiment je ne vois pas une possibilité d’une stabilité dans ce pays », estime Alghabass Ag Intalla. Réponse de l’envoyé de l’État à la rencontre de Kidal, Atayer Agga Timan : « La lenteur, qu’on constate ces derniers temps, ne résulte pas d’une volonté politique de l’État, du gouvernement, par rapport à la mise en œuvre de l’accord ».

En attendant, les ex-rebelles renforcent leur autorité sur la ville et ses environs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.