Accéder au contenu principal
RDC

En RDC, l’UDPS appelle à la vigilance après l’affaire des effigies brûlées

Jean-Marc Kabund, (au centre) ici en 2017, tenait un meeting pour appeller les militants de l'UDPS à être vigilant (Image d'illustration).
Jean-Marc Kabund, (au centre) ici en 2017, tenait un meeting pour appeller les militants de l'UDPS à être vigilant (Image d'illustration). Junior KANNAH / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le président de l’UDPS, le parti présidentiel, et actuel vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, a rassemblé ses militants le mardi 12 novembre. Il a adressé une mise en garde à ses partenaires de la coalition pro-Kabila alors qu’il y a actuellement une montée en tension au sein de la coalition Cach-FCC.

Publicité

L’UDPS appelle à la vigilance après l’affaire des effigies brûlées de Félix Tshisekedi. À Kinshasa, des affiches annonçant un meeting de Joseph Kabila avaient été brûlées. En représailles à Kolwezi, ce sont celles de l’actuel président qui avaient été brûlées. En conséquence, l’UDPS avait annoncé la suspension des discussions entre les coalitions du nouveau et de l’ancien chef de l’État.

De son côté, le président intérimaire de l’UDPS mobilise ses partisans. À 16 heures, il monte sur le podium face à des militants chauffés à blanc. Ils attendent le président de leur parti depuis 6h. Le général Kabund, c’est comme ça qu’ils le surnomment, demande aux « combattants » de l’UDPS d’être vigilants : « Soyons en alerte maximale ! Parfois, nos partenaires se comportent en partenaires, parfois en adversaires. Et d’autres fois où nous ne savons plus s’ils sont nos partenaires ou nos adversaires ».

Il s’adresse justement au Front Commun pour le Congo (FCC) du « partenaire » Joseph Kabila et le met en garde. Il rappelle qu’en Angola et en Afrique du Sud, les anciens chefs d’État ou leurs entourages connaissent des ennuis judiciaires depuis qu’ils ont quitté le pouvoir : « Il ne faut pas que certaines bêtises et certaines blagues nous poussent à aller fouiner ». Cette phrase est une référence à la promesse de son autorité morale, Félix Tshisekedi, de « ne pas fouiner dans le passé » pour ce qui est de la gestion du régime Kabila.

« Des propos outranciers »

Suite aux propos tenus dans l'après-midi, la coalition pro-kabila (FCC) a réagi dans la soirée à la rhétorique du parti présidentielle. Le FCC condamne les propos de Jean-Marc Kabund. Des propos qu'ils jugent « outranciers, provocateurs et irresponsables, diffamatoires et injurieux à l’egard de son autorité morale et de l’ensemble de ses membres ». À l’issue d’une réunion de la conférence des présidents du Front Commun pour le Congo, l'ancien ministre Michel Bongongo lit une déclaration commune du FCC :

« Le FCC condamne avec la dernière énergie les propos outranciers, provocateurs, irresponsables, diffamatoires et injurieux, à l’égard de son autorité morale et de l’ensemble de ses membres. Propos de nature à plonger le pays dans une grave crise politique et institutionnelle, dont il ne mesure pas les conséquences par manque de maturité politique. Le FCC rappelle que la République démocratique du Congo ne peut se passer de l’unité de tous ses fils et filles, incarnée à ce jour par l’accord de la coalition qui existe entre le FCC et le Cach, en vue de garantir la stabilité et la paix. Le FCC demeure saisi de la question et promet d’y réserver des suites appropriées sur le plan institutionnel ».

►À lire aussi : La France annonce 65 millions d'euros d'aides à la RDC

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.