Accéder au contenu principal
Mauritanie

Mauritanie: l'UPR se déchire sur la question de l'ancien président Aziz

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz le 2 juillet 2018 à Nouakchott (illustration).
Le président Mohamed Ould Abdel Aziz le 2 juillet 2018 à Nouakchott (illustration). Ludovic MARIN / POOL / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Dix jours après une déclaration de la commission en charge de l'UPR, les partisans d'Aziz au sein du parti se sont réunis le 29 novembre à Nouakchott.

Publicité

En Mauritanie, les derniers soutiens de l’ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz ont donné une conférence de presse le 29 novembre au soir à Nouakchott, la capitale, pour défendre le statut de l’ancien président au sein de son parti, l'Union pour la République (UPR).

Leur sortie intervient dix jours après une réunion de la commission qui gère provisoirement l’UPR. Celle-ci avait alors publié un communiqué précisant qu’Aziz était toujours la référence du parti.

Le 29 novembre, lors d'une conférence de presse, les soutiens de l’ancien président ont fait volte-face. Ils estiment désormais que l’UPR doit finalement devenir un parti indépendant. L’option est défendue par président de la commission qui gère provisoirement le parti au pouvoir.

« Ce parti ne doit pas appartenir à une personne ni à un pouvoir donné, a déclaré Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna. Donc, c’est un parti indépendant, tout simplement. Notre Constitution interdit au président de la République de diriger un parti ».

Soutien unique à Ghazouani

L’idée est aussi partagée par le vice-président de la commission de l’UPR, Boidiel Ould Houmoiyd, un autre soutien de l’ancien président Aziz. « C’est ce que nous voulons et c’est ce qui est dans le texte, explique-t-il. Maintenant, vouloir créer ça, nous, en tout cas en tant que commission, nous ne pouvons pas le faire. C’est le congrès qui est libre de le faire ou de ne pas le faire ».

La commission qui gère provisoirement le parti était composée de 27 membres. Or, vingt-deux d'entre eux ont rallié l’écrasante majorité des députés qui ont signé le 23 novembre une déclaration affirmant que le président élu Mohamed Cheikh Ghazouani est la seule et unique référence du parti au pouvoir.

Ces derniers ont par ailleurs appelé lors d'une conférence de presse samedi les cinq membres de la commission restés fidèles à l'ancien président Aziz a regagner la majorité, faute de quoi ils seront remplacés.

Nous allons demander aux uns et autres, notamment à nos collègues qui ne nous ont pas encore rejoint, de faire preuve de faire preuve de collégialité et j'espère qu'ils finiront par prendre le bon chemin.

Sidahmed Ould Ahmed

À lire aussi : Mauritanie: division au sein du parti au pouvoir, l’Union pour la République

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.