Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar se prépare à l'arrivée de «Belna», premier cyclone de la saison

Au "Service Prévisions" de la Direction Générale de la Météorologie de Madagascar, les prévisionnistes s'affairent pour obtenir la trajectoire la plus précise possible de Belna. (photo prise dimanche 8 décembre au soir)
Au "Service Prévisions" de la Direction Générale de la Météorologie de Madagascar, les prévisionnistes s'affairent pour obtenir la trajectoire la plus précise possible de Belna. (photo prise dimanche 8 décembre au soir) Sarah Tétaud/RFI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Lundi 9 décembre, en milieu d’après-midi, « Belna », le premier cyclone de la saison estivale, viendra s’abattre sur la côte nord-ouest de Madagascar, à une centaine de kilomètres de la ville de Majunga. Le cyclone s’est formé aux alentours du 1er décembre à l’ouest des Seychelles et a évolué lentement.

Publicité

A l’heure actuelle, les vents dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour du centre sont estimés à 140 km/h et les rafales à 200 km/h. Dimanche soir, l’alerte rouge a été déclenchée dans les régions concernées : la population a été priée de se calfeutrer et de ne plus sortir. Les organismes en charge de la gestion des risques et catastrophes sont positionnés pour les premières interventions.

Depuis dimanche soir, le standard du service « Prévisions Météo de Madagascar » est surchargé d’appels. Les particuliers inquiets souhaitent obtenir des informations à la source.

Rivo Randrianarison, chef de service de la météorologie opérationnelle, et ses collègues se relaient pour annoncer leurs prévisions. « Le cyclone Belna devrait d’atterrir à une centaine de kilomètres à l’ouest de la ville côtière de Majunga. Il est encore possible, dans les prochaines heures, que ce cyclone tropical passe au stade supérieur, c'est-à-dire au cyclone tropical intense, avec des vents qui dépassent les 160 km/h et des rafales qui peuvent aller jusqu’à 220 km/h à l’atterrissage. »

Des vents violents, donc, mais également une très forte pluviométrie en quelques heures à peine. « Là où le système va s’abattre, on peut s’attendre à des pluies qui peuvent aller jusqu’à 200 mm, donc si on traduit ça en termes d’impact, c’est forcément une inondation généralisée. Mais il y a aussi des risques de surcote, c'est-à-dire des intrusions maritimes sur les côtes le long de la zone d’entrée du cyclone. »

Ce matin, l’ensemble des districts de la région Boeny et un district de la région Melaky sont en alerte rouge. Les prévisionnistes estiment que Belna devrait s’affaiblir dès son arrivée sur terre et mourir le long des côtes sud-ouest de l’île dans les prochaines 36-48h.

Belna étonne les météorologues car il arrive tôt pour la saison. Habituellement, la période cyclonique sur la Grande Île démarre fin décembre début janvier. Sur les 30 dernières années, Belna est le troisième cyclone à avoir connu une cyclogenèse dès début décembre (1983 et 2006 pour les deux autres cyclones formés début décembre).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.