Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: Macron dîne avec les troupes françaises à Port Bouët pour Noël

Le président français s'est rendu au camp militaire de Port Bouët pour partager le dîner de Noël avec les troupes françaises sur place, le 20 décembre 2019.
Le président français s'est rendu au camp militaire de Port Bouët pour partager le dîner de Noël avec les troupes françaises sur place, le 20 décembre 2019. F. Morice/RFI

Emmanuel Macron a atterri ce vendredi 20 décembre vers 16h45 heure locale à Abidjan pour une visite officielle de deux jours en Côte d'Ivoire. Le chef de l'État s’est rendu au camp militaire de Port Bouët qui abrite les forces françaises en Côte d'Ivoire, pour partager le traditionnel repas de Noël avec les troupes.

Publicité

À la sortie de l’avion, le président français a d’abord eu un rapide tête à tête avec son homologue Alassane Ouattara qui s'est s’envolé dans la soirée pour Abuja, où se tient un sommet de la Cédéao ce samedi matin.

« Donner une nouvelle force à l'opération Barkhane »

Emmanuel Macron a ensuite pris la direction du camp militaire des forces françaises en Côte d’Ivoire de Port Bouët pour le dîner de Noël avec les troupes. 1 100 personnes étaient conviées : les militaires français, leurs familles, mais aussi des militaires ivoiriens.

Lors de son discours aux soldats français, le chef de l'État français a insisté sur le rôle d'appui de ces forces à la lutte internationale menée par Barkhane au Sahel. Et dit vouloir « donner une nouvelle force à cette opération ». « C’est aussi pour cela que j’ai souhaité que le 13 janvier prochain, les chefs d’État de la région puissent venir à Pau pour reclarifier à mes côtés le cadre politique et stratégique de l’opération Barkhane. Sans leur engagement politique, nous ne pouvons agir efficacement », a ajouté le président français.

Il est aussi revenu sur plusieurs épisodes difficiles de la présence française en Côte d'Ivoire pendant les périodes de crise.

Entre 2002 et 2011, la présence de la communauté française et de nos forces armées a été marquée par la période de crise qu’a connue la Côte d’Ivoire. (…) Je m’incline devant la mémoire de nos 27 militaires de l’opération Licorne morts dans l’accomplissement de leur mission. Les Français n’oublient pas leur sacrifice.

Emmanuel Macron

« La Côte d'Ivoire a renoué avec la paix et la stabilité, un trésor fragile », a souligné Emmanuel Macron avant de lancer à ses partenaires internationaux que « Ce combat est indispensable à la sécurité du Sahel, de toute la région, mais aussi de l’Europe (...) Si nous laissons prospérer la menace, elle nous touchera aussi », a prévenu le président français à la veille de son tête à tête prévu ce samedi avec son homologue Alassane Ouattara.

Emmanuel Macron se rendra ensuite à Bouaké ce dimanche, où les deux chefs d'État inaugureront une stèle en hommage aux 9 soldats tués lors d'un bombardement en 2004, dont les circonstances restent floues et qui avait durablement terni les relations franco-ivoiriennes.

A l'issue de sa visite en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron fera également une étape de trois heures à Niamey ce dimanche pour rendre hommage aux 71 soldats nigériens ayant récemment péri dans l'attaque d'un camp militaire, mais aussi pour préparer avec le président nigérien Mahamadou Issoufou le sommet sur le Sahel prévu le 13 janvier à Pau.

A lire aussi : Niger: ce que l’on sait de l’attaque meurtrière d’Inates

Noël au Mali abandonné pour des raisons « logistiques »

Avant le dîner, le président français s’est entretenu en privé avec une poignée de soldats de ces forces françaises en Côte d’Ivoire. Des soldats mobilisés dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Parmi eux, le sergent Paul revenu il y a quelques jours d’un convoi d’escortes logistique destiné à des militaires français à Gao. « On ramenait du matériel et tout ce dont la force a besoin sur Barkhane donc on n’agissait pas directement sur les missions de la force Barkhane, mais on permettait de les soutenir. Et pour nous, c’est très important d’éviter qu’il y ait des bases logistiques qui se créent au Sahel en leur ramenant le matériel dont ils ont besoin. C’est une manière d’amener notre pierre à l’édifice », raconte-t-il.

Le président français s'est entretenu avec un groupe commando qui a pris part à l’opération dans laquelle 13 soldats français sont morts fin novembre au Mali. Paris tient ainsi à mettre en lumière le fait que ses forces présentes en Côte d’Ivoire interviennent ponctuellement mais régulièrement en appui à Barkhane.

Un geste aussi destiné peut-être à ceux qui s’attendaient à ce qu’après le Tchad en 2018 et le Niger en 2017, ce diner de Noël ait lieu cette année au Mali avec Barkhane en première ligne dans la lutte anti-terroriste au Sahel et récemment endeuillée. Un choix envisagé un temps, nous dit-on dans l’entourage du président, mais abandonné depuis pour des raisons « logistiques » notamment.

A lire aussi : Côte d'Ivoire: la sécurité et la stabilité au cœur de la visite de Macron

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail