Accéder au contenu principal
Libye

Au Caire, le chef du Parlement libyen demande le soutien des pays arabes

Le chef du Parlement libyen Aguila Saleh, ici à Benghazi le 13 avril 2019.
Le chef du Parlement libyen Aguila Saleh, ici à Benghazi le 13 avril 2019. Abdullah DOMA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après l'échec des négociations à Moscou, Berlin accueillera le 19 janvier une conférence internationale pour pérenniser le cessez-le-feu en Libye et relancer le processus. En attendant, la tension reste palpable à Tripoli.

Publicité

Un calme précaire règne sur Tripoli. Chaque camp essaie de conforter sa position. Malgré des violations du cessez-le-feu, la situation reste pour le moment sous contrôle.

Pour maintenir ses positions, le camp de Khalifa Haftar a fait appel à des renforts, alors que les forces de Fayez el-Sarraj peuvent compter sur le soutien des mercenaires syriens, déployés par la Turquie à Tripoli. Deux mille Syriens sont arrivés sur place ces dernières semaines, selon le quotidien britannique The Guardian

« Sa validité est terminée légitimement et constitutionnellement »

Le dossier libyen est toujours l'objet de multiples déclarations et contacts téléphoniques entre les responsables internationaux. Aguila Saleh, le chef du Parlement libyen, basé dans l'est du pays et acquis au maréchal Haftar, était ce mercredi matin au Caire. Devant le Parlement arabe, rattaché à la Ligue arabe, il a affirmé que l'armée nationale libyenne, dirigée par Khalifa Haftar, continuera sa mission et entrera prochainement dans Tripoli pour la libérer des milices.

Dans la capitale égyptienne, Aguila Saleh a également appelé les pays arabes à ne plus reconnaitre le gouvernement d'union nationale. « Sa validité est terminée légitimement et constitutionnellement », a-t-il lancé. Selon lui, les deux accords signés entre Ankara et le gouvernement Fayez el-Sarraj sont illégaux, puisqu'ils n'ont pas reçu l'aval du Parlement.

Dans un communiqué, rapporté par l'agence de presse publique égyptienne MENA, le Parlement arabe a dénoncé la décision turque d'envoyer des forces en Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.