Accéder au contenu principal
Burundi

Burundi: un journaliste d'une radio indépendante arrêté dans le centre du pays

Convoqué par le procureur, le journaliste a été placé en garde à vue dans un commissariat de police, après avoir été auditionné (image d'illustration).
Convoqué par le procureur, le journaliste a été placé en garde à vue dans un commissariat de police, après avoir été auditionné (image d'illustration). Bill Gentile/Gettyimages
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un journaliste d'une des dernières radios indépendantes du pays, Isanganiro, a été arrêté jeudi 16 janvier. Cette station, détruite à la roquette puis interdite au plus fort de la crise de 2015, avait repris ses émissions sous conditions. Son correspondant dans la province de Karuzi, au centre du pays, Blaise-Pascal Kararumiye est détenu pour un papier qui n'a pas plu aux autorités locales.

Publicité

Tout est parti d'une réunion organisée par la gouverneure de la province de Karuzi à l’intention de son administration, durant laquelle Calinie Mbarushimana a remonté les bretelles à certains administrateurs de commune, accusés de s’immiscer dans la gestion d'une dotation d’environ 5 000 euros. Une dotation que le gouvernement burundais a octroyée à chacune des coopératives Sangwe, des coopératives que le parti CNDD-FDD vient d'implanter dans chacune des 145 collines de la province, comme il l'a fait à travers tout le pays.

Le correspondant de la radio privée Isanganiro, Blaise-Pascal Kararumiye, la cinquantaine et plus de dix ans d'expérience professionnelle, a été convié à cette réunion, comme tous ses collègues accrédités dans cette province du centre du pays. Son papier sur le sujet a été diffusé sur les ondes de sa station jeudi matin.

L'administration locale n'aurait pas du tout apprécié la publicité donnée à toute cette affaire. Le journaliste est donc convoqué dans la foulée par le procureur François Havyarimana, qui l'a placé en garde à vue dans un commissariat de police, après l'avoir auditionné. Que lui reproche-t-il exactement ? Rien de précis jusqu'ici.

Cette nouvelle arrestation d'un journaliste est intervenue quelques heures à peine après l'adoption par le Parlement européen d'une résolution qui demande au gouvernement du Burundi la libération de quatre journalistes d'Iwacu. Emprisonnés depuis près de trois mois pour « complicité d'atteinte à la sécurité de l'État », ils risquent 15 ans de prison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.