Accéder au contenu principal

Algérie: les arrestations contre des manifestants du Hirak continuent

De nombreux manifestants algériens demandent toujours la libération des personnes arrêtées lors de manifestations pacifiques du mouvement du Hirak, le vendredi 17 janvier 2020.
De nombreux manifestants algériens demandent toujours la libération des personnes arrêtées lors de manifestations pacifiques du mouvement du Hirak, le vendredi 17 janvier 2020. RYAD KRAMDI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'organisation Human Rights Watch affirme que des dizaines de manifestants ont été interpellées depuis l'élection présidentielle, il y a un mois et demi, et malgré la proposition de dialogue faite aux contestataires par le nouveau chef de l'État Abdelmadjid Tebboune après son élection.

Publicité

Plus de cent vingt personnes, arrêtées en lien avec le mouvement de contestation, sont actuellement en détention en Algérie, selon le décompte du Comité national pour la libération des détenus.

Au début du mois, trois semaines après la présidentielle, soixante-seize personnes ont bien été remises en liberté provisoire, en une seule journée. Mais plusieurs figures du mouvement, dont l'opposant Karim Tabbou, ou le président du Rassemblement Action jeunesse, Abdelwahab Fersaoui, sont toujours incarcérées.

Et depuis l'élection, des dizaines de manifestants pacifiques ont été interpellés, même si la plupart sont relâchés le jour même, affirme Human Rights Watch. Pour Ahmed Benchemsi, porte-parole de l'Organisation, c'est un bras de fer qui continue entre le pouvoir et les manifestants. « Probablement parce que les autorités n'acceptent pas que les Algériens continuent à sortir dans la rue, malgré le fait que des élections se soient tenues. Il se trouve que les gens ne sont pas rentrés chez eux, que les manifestations ont continué chaque semaine et même deux fois par semaine et le pouvoir cherche probablement à envoyer un message de fermeté pour dire : "nous n'acceptons pas que les manifestants continuent". Évidemment en violation totale du droit des Algériens à s'exprimer librement. »

Les poursuites ne sont pas non plus abandonnées. Certains des manifestants sont accusés d'attroupement non armé ou d'atteinte à l'intégrité du territoire. Comme Samir Benlarbi, figure du Hirak, qui était devant la justice lundi, à Alger. Le procureur a requis trois ans de prison ferme. Le verdict est attendu en début de semaine prochaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.