Accéder au contenu principal

Madagascar: un exécutif largement renouvelé

Christian Ntsay, le Premier ministre malgache, le 6 juin 2018, reste à son poste.
Christian Ntsay, le Premier ministre malgache, le 6 juin 2018, reste à son poste. REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le 24 janvier 2019, il y a un an, le président Andry Rajoelina alors fraîchement élu avait annoncé aux membres du gouvernement qu’ils seraient évalués au bout d’un an. C’est chose faite.

Publicité

Six ministres, soit plus du quart du précédent gouvernement, ont dû plier bagage hier, officiellement pour n’avoir pas atteint les objectifs fixés. Parallèlement, dix nouveaux hauts fonctionnaires ont fait leur entrée au sein de l’équipe gouvernementale.

Le Premier ministre Christian Ntsay a été reconduit à son poste, comme seize autres de ses ministres.

Hier les regards étaient particulièrement tournés vers le nouveau ministre des Affaires étrangères. Djacoba Tehindrazanarivelo vient enfin combler un poste laissé vacant depuis quatre mois suite au départ de Naina Andriantsitohaina pour briguer la mairie de la capitale. L’enseignant chercheur, qui a longtemps exercé en Suisse, est spécialiste du droit international. Il aura la charge de mener la délégation malgache dans les discussions avec la France au sujet de l’épineuse question des Îles Éparses.

À la Justice, à l’Environnement, à la Santé, à la Sécurité publique, aux Postes, à la Télécommunications et développement du numérique, figurent de nouvelles têtes. Johnny Andriamahefarivo, procureur général de la Cour de cassation, Baomiavotse Raharinirina, enseignante-chercheure et spécialiste des conflits environnementaux de l’île, Ahmad Ahmad, chef de service de radiologie au CHU HJRA d’Antananarivo, Rodellys Randrianarison, contrôleur général de police et Andriamanohisoa Ramaherijoana, ancien directeur de Canal + Maurice remplacent respectivement Jacques Randrianasolo, Alexandre Georget, Julio Rakotonirina, Roger Rafanomezantsoa, et Christian Ramarolahy (à qui vient d’être confié le ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures).

Il en est de même au ministère de l’Éducation nationale et à celui de l’Enseignement supérieur où les deux ministres évincées ont payé pêle-mêle le prix des grèves illimitées des enseignants, des fraudes au bac, et des détournements d’argent sur les primes de noël. Rijasoa Andriamanana, docteur en langues étrangères et Élia Assoumacou, professeure de sociologie et d’anthropologie à l’université de Mahajanga, les remplacent.

Enfin, deux nouvelles entités voient le jour : l’Eau, l’Assainissement et l’Hygiène devient un ministère à part entière. Il est confié à Voahary Rakotovelomanantsoa, actuelle directrice générale de l’Autorité nationale de l’eau et de l’assainissement.

Quant au vice-ministère en charge des Villes nouvelles et de l’habitat, rattaché au ministère de l’Aménagement du territoire, il est créé de toute pièce. C’est Michaelangelo Zasy, chargé de mission à la Présidence, qui obtient ce portefeuille.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.