Accéder au contenu principal

Madagascar: le président hué sur une vidéo qui enflamme la Toile

Le président malgache Andry Rajoelina lors d'une conférence de presse au palais présidentiel à Antananarivo, le 29 avril 2019.
Le président malgache Andry Rajoelina lors d'une conférence de presse au palais présidentiel à Antananarivo, le 29 avril 2019. Mamyrael / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Afin de fluidifier la circulation dans la capitale, Antananarivo, les opérations de « grand nettoyage » ont commencé. Les vendeurs de rues installés sur les trottoirs sont chassés par la police. Mercredi après-midi, quelques minutes après une énième intervention des forces de l'ordre, la Cadillac du président a été huée. Une scène diffusée sur les réseaux sociaux.

Publicité

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Ce jeudi au bord de la R.N.2 à Mahazo, la scène du président hué est encore dans les esprits de ces marchandes de rue : « Les policiers sont venus nous interdire de vendre sur les trottoirs. À ce moment-là, le président est passé. On était déjà en colère. Mettez-vous à notre place, si on vous empêche de gagner votre vie. Alors on l’a sifflé : ‘’On ne vous a pas élu pour ça, président ! Mais pour trouver des solutions pour nous sortir de la pauvreté’’! »

À ses côtés, un autre vendeur fait part de son ressenti : « On est vraiment déçus. On a cru qu’il allait changer nos vies. Pendant la campagne, il avait promis qu’il allait nous sauver, nous, les petites gens, qui vendons sur les trottoirs. Alors on a voté pour lui. Et maintenant qu’il est sur son trône, il nous laisse tomber. Et regardez-moi, je n’ai plus d’activité. Mes enfants ne vont plus à l’école, on n’arrive plus à payer le loyer, on ne mange plus. Qu’est-ce qu’on va devenir ? »

Avis divisés sur Facebook

Mais, sur Facebook, de nombreux internautes ont pris la défense d’Andry Rajoelina. « Ces marchands ne respectent pas la loi, et quand on les dégage, ils pleurent », ironise l’un d’eux. « Ceux qui sifflent ne représentent que les 15% des Malgaches qui ne veulent pas le progrès pour leur pays », affirme l’un d’eux.

Toutefois, cet incident a également ouvert la brèche à un flot de commentaires contestataires, rarement vus jusque-là : « Rouler en Cadillac devant son peuple qui crève de faim, faire des promesses sans les réaliser, forcément ça agace », écrit un internaute. « Finie l’illusion », renchérit un autre.

Un an après sa prise de pouvoir, Andry Rajoelina fait face à ses premières difficultés. Si sa communication le montre sur tous les fronts, les résultats de ses actions tardent à se faire sentir, surtout chez les classes les plus vulnérables de la société.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.