Accéder au contenu principal

RDC: l’ACAJ établit une liste de bâtiments spoliés au profit des cadres du FCC

Une grande artère de Kinshasa, le 16 août 2019.
Une grande artère de Kinshasa, le 16 août 2019. Photo by Ute Grabowsky/Photothek via Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’Association congolaise d’accès à la justice, l’ACAJ, dit avoir enquêté et établi une liste d’une centaine de bâtiments spoliés pour la seule ville de Kinshasa, une centaine de plus dans le reste du pays. Le tout pour des dignitaires du régime de Joseph Kabila et leurs proches.

Publicité

L’ACAJ explique avoir établi cette liste sur la base de dénonciations et d’informations internes. L’ONG explique que ces cessions étaient officiellement par « la vétusté et l’état de délabrement avancé ».

Pour le coordonnateur de l’ACAJ, Me Georges Kapiamba, ce motif ne tient pas. Ces cessions ont été opérées par des membres du gouvernement sans consultation ou discussions en conseil des ministres, ce qui est – assure-t-il – prévu par la loi.

Un haut fonctionnaire à la retraite confirme cette pratique, courante selon lui, puisqu’elle a perduré quel que soit le titulaire du ministère de l’Urbanisme et Habitat. Cette source témoigne de la dilapidation des biens de l’État, rachetés pour une bouchée de pain par des proches.

À lire aussi : Scandale des spoliations en RDC: quand des puissants délogent des propriétaires

Les provinces n’ont pas été épargnées. À Lubumbashi, des défenseurs des droits de l’homme pointent du doigt ces maisons devenues propriétés privées.

L’ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi assure avoir résisté à la pression, mais blâme ses successeurs, l’ex-famille présidentielle et des anciens responsables des services de sécurité. L’opposant avait lui-même été accusé par l’ancien régime d’avoir spolié des biens privés.

Interpellé par RFI, l’ancien ministre de l’Urbanisme et de l'Habitat, Joseph Kokonyangi, n’a pas répondu à ses sollicitations.

À lire aussi : RDC: suspension du ministre par intérim des Affaires foncières Emmanuel Ilunga

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.