Accéder au contenu principal

Burkina Faso: lancement de la révision des listes électorales

Bureau de vote, à Ouagadougou, au Burkina Faso, lors du scrutin pour les élections municipales, le 22 mai 2015.
Bureau de vote, à Ouagadougou, au Burkina Faso, lors du scrutin pour les élections municipales, le 22 mai 2015. AHMED OUOBA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’opération de révision de la liste électorale a débuté ce dimanche 10 février dans plusieurs régions du pays. Le lancement s’est fait dans la région de la boucle du Mouhoun.

Publicité

Il s’agit pour la commission électorale nationale indépendante de faire enrôler un potentiel de 4 500 000 nouveaux électeurs, ce qui pourrait porter à environ dix millions, le nombre d’électeurs pour les prochaines élections du 22 novembre 2020. Cependant, le contexte sécuritaire, suite aux attaques terroristes, rend difficile la mission de la commission électorale.

Selon son président Newton Ahmed Barry, la commission électorale nationale indépendante a « un énorme défi » à relever. Celui de trouver et enrôler 4,5 millions de nouveaux électeurs dans un contexte marqué par l’insécurité et de déplacement des populations.

« L’enrôlement des électeurs, cette année, se passe dans un contexte national difficile. Il y a la psychose de l’insécurité et le drame de nos compatriotes déplacés. Tout cela évidemment alourdit particulièrement le climat social.  En ces moments difficiles, votre carte d’électeur est votre arme », a-t-il déclaré.

Concernant les personnes déplacées, la commission électorale a soumis deux propositions aux différents partis politiques.

« Les déplacés votent là où ils sont, dans leur localité d’origine et on comptabilise leurs voix », précise Yenilé Kadinza, représentant de la majorité présidentielle.

Avant toute décision au sujet des déplacés internes, l’opposition politique exige déjà la reprise de l’opération d’enrôlement des Burkinabè de l’extérieur, suite à ce qu’elle considère comme un échec.

« 22 000 personnes enrôlées dans 22 pays… Il faut poursuivre, notamment là où la concentration des Burkinabè est quand même forte », estime, pour sa part, Amadou Diemdoda Dicko, représentant du chef de file de l’opposition.

Ce processus de révision du fichier électoral va se dérouler en plusieurs phases.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.