Accéder au contenu principal

Côte d'Ivoire: le Premier ministre se dit satisfait du dialogue politique

Selon le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, il y a un accord de principe sur quatre points (image d'illustration).
Selon le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, il y a un accord de principe sur quatre points (image d'illustration). AFP/Issouf Sanogo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce jeudi 20 février, le Premier ministre a tenu sa conférence de presse annuelle sur le bilan de l’année écoulée et les perspectives pour l’année qui démarre. Il est notamment revenu sur le dialogue politique sur le code électoral. Dialogue qu’il a clos lundi après plus d’un mois de discussions. Un dialogue qualifié « d’échec » par l’opposition. Amadou Gon Coulibaly, lui, est satisfait du résultat.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Amadou Gon Coulibaly s’est attaché à convaincre son auditoire essentiellement composé de ministres et membres des cabinets, de sa satisfaction à l’issue du dialogue politique entre le gouvernement , les partis politiques et la société civile sur le code électoral.

Selon lui, il y a accord de principe sur 4 points : le parrainage citoyen des candidats, le relèvement de la caution actuellement de 20 millions à 50 voire 100 millions de francs CFA, le taux de suffrages minimum pour se faire rembourser la caution serait baissé de 10 à 5%... Accord encore, selon le Premier ministre, sur la transhumance électorale.

Amadou Gon Coulibaly reconnait aussi des désaccords, mais « pas tant que ça ». « On dramatise pour rien », a estimé le chef du gouvernement. « On n’a pas signé un document, mais ce n’est pas un problème. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas signé un document qui consacre les quatre points d’accord qu’on va dire que le dialogue n’a pas eu lieu ou a échoué. Le dialogue s’est déroulé, il a été inclusif, tout le monde était présent. Il y a eu des discussions ouvertes et moi, je me réjouis donc des points d’accord. »

Cette semaine, les principaux partis de l’opposition avaient dénoncé une tentative de passage en force du gouvernement sur le code électoral. L’opposition qui lui reproche surtout d’avoir écarté d’emblée la question de l’indépendance de la Commission électorale.

Ces partis en appellent à l’arbitrage du chef de l’État. Une option que le Premier ministre a semblé écarter en décrivant le chemin futur du texte, transformé en projet de loi, vers le conseil des ministres puis vers l’Assemblée nationale.

Lors de sa conférence presse, Amadou Gon Coulibaly a également vanté l’action du gouvernement, en particulier dans le domaine du social. Pressenti comme candidat potentiel du RHDP à la présidentielle d’octobre, il a indiqué qu’il appartiendra au parti de désigner son candidat.

À lire aussi la revue de la presse africaine du jour : Dialogue politique en Côte d’Ivoire, un mois et demi de discussions sans accord

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.