Accéder au contenu principal

Cameroun: Macron et Biya ont discuté des violences dans les zones anglophones

Le Président français Emmanuel Macron salue le Président camerounais Paul Biya au Palais de l'Elysée à Paris le 11 novembre 2019.
Le Président français Emmanuel Macron salue le Président camerounais Paul Biya au Palais de l'Elysée à Paris le 11 novembre 2019. Photo: Ludovic Marin/AFP

Emmanuel Macron s'est entretenu ce dimanche avec le président camerounais Paul Biya afin d'évoquer les violences qui se sont produites récemment dans les régions anglophones, au nord-ouest est au sud-ouest du pays.

Publicité

Les deux chefs d'État « se sont accordés sur la nécessité d'une enquête impartiale en réaction aux violences commises contre des populations civiles dans le village de Ngarbuh dans la province du Nord Ouest », selon la présidence française. Le 14 février dernier, des hommes armés y ont mené une attaque. Selon les Nations unies, 23 civils, dont 15 enfants, ont été tués.

Dans un rapport, l'organisation Human Rights Watch accuse l'armée camerounaise d'être responsable, et évoque un massacre délibéré. De leur côté, les autorités camerounaises rejettent ces conclusions, qu’ils jugent infondées. Elles reconnaissent la mort de cinq civils dans des échanges de tirs entre des militaires et des « terroristes », ayant entraîné l'explosion de conteneurs de carburants ou d'explosifs, stockés par les séparatistes.

L'échange à Paris entre le président français et un activiste camerounais, il y a une dizaine de jours, avait fait réagir les autorités camerounaises. « Le président camerounais est comptable devant le seul peuple camerounais souverain et non devant un dirigeant étranger, fût-ce un ami », avait alors déclaré son secrétaire général, Ferdinand Ngoh Ngoh.

Joint par RFI, le ministre camerounais de la Communication, René Sadi, s'est dit prêt à commenter ce lundi l'échange entre les deux chefs d'État. Dans son communiqué, la présidence française précise que Paul Biya et Emmanuel Macron ont « convenu de rester en contact sur le suivi des initiatives politiques issues du grand dialogue national », organisé en octobre au Cameroun. Et notamment sur la mise en place d'un statut spécial pour les régions du Nord Ouest et du Sud Ouest.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.