Accéder au contenu principal

Mali: les partisans de l'imam Dicko empêchent sa convocation devant le procureur

L'imam Mahmoud Dicko lors du lancement de son mouvement CMAS en septembe 2019 à Bamako.
L'imam Mahmoud Dicko lors du lancement de son mouvement CMAS en septembe 2019 à Bamako. MICHELE CATTANI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après sa sortie musclée du week-end à Bamako où il a notamment durement critiqué le pouvoir, l'imam Dicko, ancien président du Haut conseil islamique du Mali et parrain d'une association politique a été convoqué ce mardi 3 mars par la justice. Mais il n'aura pas eu le temps de s'y rendre, car des milliers de ses partisans sont descendus dans la rue pour refuser qu'il se présente devant le procureur. La convocation a donc été annulée.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

« Le procureur de la République invite Monsieur Mahmoud Dicko, profession imam, à se présenter à son cabinet », précise la convocation. Mais le jour J, de véritables grappes humaines prennent d’assaut le tribunal de la commune 5 de Bamako.

Tous sont acquis à la cause de l’imam qui, ce week-end, faisait sa rentrée politique au cours de laquelle il a notamment durement critiqué le pouvoir. La justice voulait justement l’entendre sur des propos tenus lors de cette rentrée.

Alors qu’il s’apprêtait à se rendre chez le juge, la tension était à son comble. Un membre du gouvernement tout de blanc vêtu s'est donc rendu chez l’imam, lui a présenté ses excuses pour la convocation, et  lui a annoncé qu’elle était annulée. Mamoud Dicko a tout de même décidé d’aller saluer devant le tribunal ses très nombreux partisans, qui l'ont porté en triomphe.

Le porte-parole de l'Imam a toutefois durci le ton et confirmé que Mahmoud Dicko prendra ce vendredi la tête dune grande marche à Bamako. « Pas de violence, nous sommes des républicains, a expliqué Issa Kaou Ndjim. Le peuple qui sortira le vendredi prouvera que le peuple n'est plus avec Ibrahim Boubacar Keïta. Et nous allons demander au peuple de dire à IBK qu'il est temps de partir, car il a échoué. Son échec est politique, économique, militaire et social »

Les autorités n’ont pas encore annoncé si la marche sera autorisée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.