Accéder au contenu principal

Centrafrique: Bossangoa se prépare à la présidentielle

René Sakanga Morouba (au centre), commissaire central auprès de l’Autorité nationale des élections (ANE) préside et organise la sélection des représentants de l'ANE à la mairie de Bossangoa.
René Sakanga Morouba (au centre), commissaire central auprès de l’Autorité nationale des élections (ANE) préside et organise la sélection des représentants de l'ANE à la mairie de Bossangoa. RFI/Charlotte Cosset

En Centrafrique, le premier tour de l’élection présidentielle est prévu le 27 décembre. Un possible glissement de la date est déjà au cœur des débats, à Bangui, à cause de retards possibles sur le calendrier électoral. Malgré cela, sur le terrain, le scrutin se prépare comme à Bossangoa, dans l'ouest du pays.

Publicité

De notre envoyée spéciale à Bossangoa,

Après Obo, l’Autorité nationale des élections (ANE) est arrivée à Bossangoa, dans l'ouest de la Centrafrique, et a constitué les organes de représentation dans la ville.

« Les personnes que nous avons désignées cet après-midi sont celles qui vont nous remplacer ici, au niveau local, parce que nous ne pourrons pas être à la fois à Bangui et à Bossangoa pour travailler, explique René Sakanga Morouba, commissaire central auprès de l’Autorité nationale des élections et chef de la mission pour la mise en place des démembrements pour la région de l’Ouham. Ce sont ces personnes qui sont appelées à relayer le travail, les instructions que nous donnerons au niveau local dans le cadre de la préparation des différents scrutins en vue. Ce sont donc nos représentants légaux. Ces personnes sont dotées de toutes les compétences que nous avons au niveau national pour l’exécution de leur mission dans la localité ou dans la préfecture de l’Ouham ».

De son côté, Pierre Denamguere, maire de Bossangoa, prépare, dans son bureau, les actes de naissance - perdus pendant le conflit - de plusieurs centaines de femmes afin qu’elles puissent aller voter.

« Les élections, cela se prépare tranquillement. Il n’y a pas d’inquiétude. Sans élections, le pays ne peut pas marcher. Vraiment, il faut qu’il y ait des élections dans la transparence. Bossangoa se prépare pour que les élections puissent avoir lieu », souligne-t-il.

À Bossangoa, la cartographie des électeurs a déjà été effectuée, assure le maire. La prochaine étape est l’enregistrement des électeurs.

Lire aussi :Centrafrique: l’Autorité nationale des élections veut rassurer sur l’agenda

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.