Accéder au contenu principal

Togo: Kodjo attend chez lui une décision sur son immunité parlementaire

L'opposant togolais Gabriel Agbéyomé Kodjo après son vote lors de la dernière élection presidentielle.
L'opposant togolais Gabriel Agbéyomé Kodjo après son vote lors de la dernière élection presidentielle. REUTERS/Luc Gnago
2 mn

Au Togo, les forces de l’ordre encerclent toujours la maison de l'ancien Premier ministre Gabriel Agbéyomé Kodjo, arrivé en deuxième position de la présidentielle.

Publicité

Au Togo, la séance plénière de l'Assemblée nationale, prévue le 13 mars, a été reportée sine die. Elle devrait porter sur la levée de l'immunité parlementaire de l'ancien Premier ministre Gabriel Agbéyomé Kodjo, arrivé en deuxième position de la présidentielle du 22 février dernier. Le 10 mars, le procureur de la République avait saisi le Parlement pour lever son immunité pour faits de troubles aggravés à l'ordre public, dénonciations calomnieuses et atteintes à la sûreté intérieure du pays.

Les forces de l’ordre encerclent toujours la maison de l'ancien Premier ministre et sélectionnent les entrées, une situation choquante pour Aimé Gogué, candidat arrivé quatrième sur les sept candidats avec 2,40% des voix. « C’est un recul par rapport à la situation, déclare-t-il. C’est pourquoi nous demandons qu’on lève le blocage de son domicile et même la levée de son immunité parlementaire. Nous espérons qu’on pourra trouver une solution, parce que cela n’arrange pas du tout le Togo qui se situe dans une période postélectorale électrique ».

« Ces actes de contestation en période postélectorale doivent être traités comme tels et ne nécessitent pas de la violence, ajoute Komi Wolou, lui aussi candidat à la dernière présidentielle. Lorsque les élections sont entachées de nombreuses irrégularités comme c’est le cas, il est normal qu’il y ait des actes de protestation et de revendication politique. La validation des élections par les institutions, qui elles-mêmes sont contestables, ne mettra pas fin automatiquement aux contestations. Ces actes doivent être traités comme tels dans un esprit d’apaisement, d’où la nécessité de mettre fin aux procédures en cours ».

► À lire aussi : Togo: vers une levée de l’immunité parlementaire de Gabriel Agbéyomé Kodjo

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.