Accéder au contenu principal

Coronavirus: le Congo-B ferme ses frontières, l'opposition veut plus de communication

(illustration) Au Congo-B, le gouvernement a décrèté la fermeture immédiate, et jusqu’à nouvel ordre, de toutes les frontières terrestres fluviales, maritimes et aériennes.
(illustration) Au Congo-B, le gouvernement a décrèté la fermeture immédiate, et jusqu’à nouvel ordre, de toutes les frontières terrestres fluviales, maritimes et aériennes. RFI/Loïcia Martial
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Congo-Brazzaville a enregistré un quatrième cas du Coronavirus, cette fois-ci du côté de Pointe-Noire (sud), la capitale économique, selon le gouvernement qui a annoncé, hier samedi, de nouvelles mesures portant sur la fermeture de toutes les frontières, après avoir fermé écoles, lieux de cultes et bars-dancing. Pour sa part, l’opposition, qui pense que l’heure est à la trêve politique, exige l’application des mesures prises et plus de communication pour informer les populations, notamment sur les lieux de quarantaine par exemple et autres mesures préventives

Publicité

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Pour la troisième fois en une semaine, le Premier ministre Clément Mouamba est revenu samedi devant la presse pour annoncer des mesures complémentaires en vue barrer la route à l’importation de nouveaux cas de coronavirus.

« Sur instructions du président de la République Chef de l’Etat, le gouvernement décrète la fermeture immédiate et jusqu’à nouvel ordre de toutes les frontières terrestres fluviales, maritimes et aériennes. Seuls les navires et vols cargos sont autorisés », a déclaré M. Mouamba.

Le Congo compte à ce jour quatre cas confirmés : trois à Brazzaville et un à Pointe-Noire, les deux principales agglomérations du pays.

La Fédération de l’opposition congolaise par la voix de sa présidente Claudine Munari, salue les mesures préventives du gouvernement, mais exige une application rigoureuse de celles-ci. Elle estime que la communication n’est pas à la hauteur des attentes.

« Je suis sûre qu’ils (les gouvernants) font des choses. Je ne veux pas jeter l’anathème sur le gouvernement. Mais, nous ne sommes pas au courant. Est-ce qu’il y a une cellule de crise où l’on peut aller s’adresser en cas de problème. C’est ce que nous voulons savoir », a dénoncé Mme Munari.

Le Congo a mis également en place un Fonds de 1,5 milliard de FCFA pour faire face à la maladie. Le souhait de l’opposition est que cet argent soit utilisé à bon escient.

À lire aussi : Les chercheurs questionnent la pertinence des mesures sur le continent africain

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.