RDC: incursions de miliciens Mai Mai Bakata Katanga dans plusieurs villes de l'ex-Katanga

Selon les forces de l'ordre, le bilan provisoire à Lubumbashi est de 7 morts et 8 blessés parmi les assaillants (image d'illustration)
Selon les forces de l'ordre, le bilan provisoire à Lubumbashi est de 7 morts et 8 blessés parmi les assaillants (image d'illustration) Wikimedia Commons CC BY-SA 2.5 Oasisk
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Dans le sud de la RDC, des miliciens Mai Mai Bakata Katanga ont fait des incursions dans plusieurs villes de l’ex-Katanga. A Lubumbashi, Likasi, Kasumbalesa dans le Haut Katanga et à Bunkeya et Kakanda dans la province du Lualaba.

Publicité

Avec notre correspondante à Lubumbashi, Denise Maheho 

Le bilan provisoire de ces incursions fait état d’une trentaine des décès parmi les assaillants et un mort du côté des forces loyalistes selon des différentes sources officielles. On compte également plusieurs blessés parmi les miliciens et des dizaines capturés par la police. 

A Lubumbashi, des miliciens ont d’abord réussi à désarmer les policiers commis à la garde du leader des Bakata Katanga, Kyungu Mutanga Gédéon et ont récupéré leurs armes, indique la police. Ensuite des dizaines d’entre eux, munis pour la plupart d’armes blanches, ont emprunté l’avenue Mwela pour se rendre vers le centre ville. Ils entonnaient des chansons sécessionnistes. Très vite ils ont été maîtrisés par la police et l’armée. 

Selon les forces de l'ordre, le bilan provisoire à Lubumbashi est de 7 morts et 8 blessés parmi les assaillants. Quelques uns ont été capturés. Un policier a été tué vers Kinsevere à quelques kilomètres de Lubumbashi, toujours selon la police. 

A Likasi, le bilan des affrontements entre les miliciens et l’armée est plus lourd. Selon le maire de la ville, 13 assaillants ont été abattus, 14 sont grièvement blessés et une quarantaine ont été faits prisonniers. Côté forces loyalistes , on compte deux blessés, déclare le maire.

A Kasumbalesa, plusieurs sources parlent d’une dizaine de morts parmi les miliciens. Des chiffres qui n'ont pas encore été confirmés par des sources officielles sur place. Par ailleurs, d’autres incursions ont eu lieu dans la cité minière de Kakanda et à Bunkeya ou on a compté deux assaillants tués. L’ancien chef de guerre Kyungu Gédéon quant à lui, aurait pris la fuite de sa résidence surveillée de Lubumbashi, indique la police. 

Les autorités des différentes provinces de l'ex-Katanga assurent que la situation est redevenue calme dans toutes ces villes. 

Tous les services de sécurité avaient été alertés que des actions de ce genre étaient en train d'être préparées par des éléments de Gédéon. Et donc l'autorité politico-administrative a pris quelques mesures qui, malheureusement, n'ont pas suffi. Donc pour nous, le carnage qu'il y a eu aurait pu être évité si les autorités n'avaient pas été complaisantes.

Me Timothée Mbuya

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail