Accéder au contenu principal

Mali: le second tour des législatives maintenu le 19 avril

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé vendredi soir que le second tour des législatives est maintenu au 19 avril 2020. (Ici, le 8 février 2019, à Berlin).
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé vendredi soir que le second tour des législatives est maintenu au 19 avril 2020. (Ici, le 8 février 2019, à Berlin). REUTERS/Michele Tantussi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Mali, dans une semaine, est prévu le second tour des élections législatives. Dimanche 19 avril, les Maliens seront de nouveau appelés aux urnes. Un second tour organisé dans les mêmes conditions que le premier alors que le pays est touché par le Covid-19 et que la situation sécuritaire ne s’est pas améliorée.

Publicité

C’est dans son adresse à la nation, vendredi soir, que le président malien annonçait le maintien du second tour des législatives. « La décision n’est pas le fait du gouvernement mais du dialogue national inclusif », justifiait Ibrahim Boubacar Keïta.

« Au moment où le dialogue se tenait en décembre, personne n’avait prévu le Covid-19. Aujourd’hui, c’est une situation de force majeure », répond l’ancien ministre Choguel Maïga et membre de l’opposition.

Selon le ministère de la Santé,  au 12 avril, le Mali comptait 116 cas positifs et 9 personnes décédées.

Pour le premier tour, organisé le 29 mars, le gouvernement avait laissé des consignes sanitaires pas toujours respectées, selon les observateurs. Un premier tour qui a mobilisé 37 % des électeurs. Un taux de participation bas dans la capitale, autour de 10%, qui contraste avec les taux très élevés dépassant les 80% dans certaines régions du nord du Mali.

Dans le Nord où Soumaïla Cissé a été enlevé par un groupe jihadiste pendant la campagne électorale. Son parti l’URD, qui avait tout de même maintenu sa participation au premier tour, pourrait cette fois-ci décider, selon un cadre du parti, de demander le report du scrutin.

À lire aussi : Mali: plusieurs personnes arrêtées pour «tentative de déstabilisation» de l'État

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.