Accéder au contenu principal

Combats en Libye: le rapport de force semble s'inverser en faveur du GNA

Le site d'un bombardement dans un quartier résidentiel dans le nord de Tripoli, le 17 avril 2020.
Le site d'un bombardement dans un quartier résidentiel dans le nord de Tripoli, le 17 avril 2020. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les multiples appels des Nations unies à une trêve humanitaire sont restés lettres mortes et les opérations militaires se sont intensifiées parallèlement à la propagation de l’épidémie de coronavirus. Elles ont pris une nouvelle tournure avec l’annonce de Fayez el-Sarraj, à la tête du gouvernement d’Union nationale (GNA), le 26 mars dernier, de l’opération « tempête de la paix ». Aujourd’hui le rapport de force semble renversé. Le GNA a pris l’avantage sur l’armée de Khalifa Haftar.

Publicité

Depuis le début de l’offensive du maréchal Khalifa Haftar pour conquérir Tripoli en avril 2019, l’armée nationale libyenne, l’ANL, dominait largement le ciel libyen. Les frappes de l’ANL ont fait subir aux forces du GNA de nombreuses pertes. L’armée du maréchal Haftar avait l’avantage, mais la forte implication de la Turquie aux côtés du GNA, avec la fourniture de centaines de drones de nouvelle génération semble renverser l’équation dans le ciel libyen.

Depuis fin mars, une campagne massive de frappes précises et bien maîtrisées vise les positions de l’ANL. Début avril, à Abou Grein, suite à ces frappes, l’armée nationale libyenne a perdu une dizaine de hauts officiers. Le centre d’opération militaire de Syrte avait alors été visée.

Dimanche dernier, c’était au tour des villes côtières de l’ouest de céder devant ces frappes dirigées par des officiers turcs. Il n y a presque pas eu de combats au sol et les forces de l’ANL se sont repliées sous le coup de frappes intensives dans la base al-Watiya, la seule possession de Khalifa Haftar à l’ouest. Cette base subit depuis des frappes de drones et se trouve aujourd’hui encerclée.

Cette avancée importante des forces de Tripoli desserre l’étau de l’ANL sur la capitale libyenne et soulage les deux villes de Zouara et de Zawiya qui ont été menacées par les forces de Haftar. Cette avancée du GNA fragilise les acquis de Khalifa Haftar. Tripoli, sur sa lancée, menace maintenant la ville de Tarhouna qui forme une base arrière et de ravitaillement aux forces de l’ANL à Tripoli.

Les forces de Khalifa Haftar promettent de ré-attaquer à l’ouest. Mais d’ores et déjà, le GNA veut couper la route aux alliés extérieurs du maréchal s’ils volent à son secours en évoquant la solution politique : pas de pourparlers de paix avec lui, répètent en boucle les responsables à Tripoli. L’homme fort de l’Est libyen est aujourd’hui affaibli par l’intervention turque.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.