Accéder au contenu principal

Coronavirus à Madagascar: quand une prophétesse accrédite la parole présidentielle

Sur la page facebook officielle du chef de l'Etat, le lien pour visionner le documentaire. A l'image, le trajet que la Brésilienne aurait réalisé : un survol de Madagascar en forme de Croix, pour bénir l'île.
Sur la page facebook officielle du chef de l'Etat, le lien pour visionner le documentaire. A l'image, le trajet que la Brésilienne aurait réalisé : un survol de Madagascar en forme de Croix, pour bénir l'île. RFI/Sarah Tétaud
3 mn

A Madagascar, la diffusion d’un documentaire jeudi soir à heure de grande écoute sur la chaîne nationale publique ainsi que sur la chaîne personnelle du président a semé l’émoi sur les réseaux sociaux. Durant 17 minutes, les spectateurs ont assisté à la reconstitution du voyage d’une femme brésilienne venue en novembre dernier sur la Grande Île pour prier et révéler au pays son destin extraordinaire : la découverte d’un médicament contre un virus mondial. Dix jours après l’annonce fracassante du président affirmant connaître un remède au Covid-19, ce documentaire prophétique n’a à son tour laissé personne indifférent, déclenchant ivresse mais aussi atterrement.

Publicité

de notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Face caméra, les deux pilotes malgaches de la compagnie aérienne privée qui auraient transporté aux 4 coins de l’île, du 5 au 10 novembre dernier, la passagère brésilienne, livrent leur récit. Ils sont les seuls témoins directs à avoir rencontré celle qui se serait présentée comme une messagère de Dieu.

« Elle a annoncé que quelque chose allait se passer dans le monde dans très peu de temps » raconte l’un des deux pilotes. « Ce phénomène causerait la mort de milliers de personnes. Elle a précisé que ce serait comme une guerre biologique. Pendant cette guerre biologique, Madagascar ferait partie des pays les moins touchés … et ici on découvrirait l’antidote. »

À lire aussi : à Madagascar, gêne des scientifiques après l’annonce du «remède du président»

Les scènes, racontées durant les témoignages, sont illustrées par des images de reconstitution. Des interventions du président, notamment celle du 8 avril dernier où il annonce connaître un remède pour soigner le coronavirus, ponctuent le film.

Madagascar béni par Dieu ?

« Ce documentaire a été produit notamment dans le but de donner du courage au peuple », explique Rina Rakotomanga, la directrice de Communication de la présidence malgache. « C’est une recherche journalistique, précise-t-elle, un début de réponse peut-être aussi, au fait que l’île ne compte encore à ce jour aucun mort. »

De son côté, la directrice de cabinet du Président, Lova Hasinirina souligne qu’ « en temps de crise, des événements coïncident avec l’évolution de la situation actuelle. Ils méritent une attention. Il y a dans le monde des mystères inexpliqués qu’il faut savoir reconnaître. Et qui peuvent convaincre ou non. ». Et précise que « ce n’est pas antinomique avec les recherches scientifiques en cours et les efforts déployés par le président et ses équipes. »

Sorcellerie et médiocrité

Cette hypothèse de « signe du divin » a été fortement reprise sur les réseaux sociaux par les défenseurs du documentaire. Ses détracteurs, eux, ont pointé du doigt « l’incroyable machine de propagande » mise en place au plus haut niveau de l’Etat, à l’instar de Fanirisoa Ernaivo, figure de l’opposition et ancienne candidate à la présidentielle.

« J’ai vu le documentaire. Et j’ai été outrée ! nous explique t-elle. Relier cette anecdote de la femme brésilienne et l’annonce présidentielle sur le remède malgache, moi je pense que c’est de la récupération politique et une manipulation propagandiste de la population malgache. Utiliser la crédulité d’une population à majorité croyante, en lui faisant croire que Dieu peut intervenir à Madagascar via le président de la République, moi je trouve que c’est révoltant ! Ca ne peut plus continuer ca ! Et le pire, c’est qu’il y a une certaine portion de la population qui veut y croire. Mais on va être en danger ! Parce que les gens ne vont plus faire attention ! Ils vont se dire « et bin ça va : on est à l’abri, on est un peuple élu, on peut se tourner les pouces ! »

A ce jour, les chiffres officiels annoncent 117 personnes contaminées dont 84 hospitalisées.

À lire aussi : l'Afrique face à la pandémie le vendredi 17 avril

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.