Accéder au contenu principal

Afrique du Sud: Ramaphosa annonce un plan de 24 milliards pour surmonter la crise

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s'adresse à la Nation, au Cap, le 13 février 2020.
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s'adresse à la Nation, au Cap, le 13 février 2020. REUTERS/Sumaya Hisham/File Photo

Alors que les Sud-Africains sont appelés à rester chez eux au moins jusqu’au 1er mai, le confinement révèle encore un peu plus les inégalités qui touchent le pays. Dans les quartiers pauvres, les habitants souffrent de la faim et leur frustration a engendré des violences et des scènes de pillages. Le président Cyril Ramaphosa espère calmer la situation avec une série de mesures économiques annoncées mardi.

Publicité

De notre correspondante à Johannesbourg

La situation se dégrade dans les townships, alors que le pays est désormais entré dans sa quatrième semaine de confinement. Le pays compte 3465 cas de coronavirus confirmés sur son territoire, et l’épidémie a fait 58 victimes.

La colère monte dans les townships, alors que les habitants n’ont presque plus de quoi se nourrir. Les manifestations se multiplient ces derniers jours, dans ces quartiers pauvres, se concluant souvent par des heurts avec la police.

Des scènes de pillages sont également de plus en plus nombreuses dans la région autour du Cap : lundi, deux camions chargés de vivres ont été attaqués et dévalisés. Hier, ce sont des magasins d’alimentation générale qui ont été pris pour cible dans la localité de Macassar, à l’est du Cap.

Pour répondre à cette détresse sociale, le président Cyril Ramaphosa a annoncé mardi 21 avril un plan de mesures économiques de 24 milliards d’euros, dont 2,5 milliards seront consacrés à l’augmentation des aides sociales, pour les prochains mois. Le programme d’aide alimentaire sera lui aussi renforcé avec 250 000 colis de nourriture distribués au cours des deux prochaines semaines.

Le président a par ailleurs condamné le détournement de ces colis alimentaires à des fins de corruption, et demande que les suspects, parfois des élus locaux, soient entendus par la justice.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.