Accéder au contenu principal

RDC: le chef de la secte Bundu dia Kongo transféré dans un centre psychiatrique

Une des résidences du leader de la secte Bundu dia Kongo, Muanda Nsemi, commune Ngaliema, quartier Joli Parc à Kinshasa. La résidence est encerclée par la police, le 14 février 2017.
Une des résidences du leader de la secte Bundu dia Kongo, Muanda Nsemi, commune Ngaliema, quartier Joli Parc à Kinshasa. La résidence est encerclée par la police, le 14 février 2017. RFI/Sonia Rolley
Texte par : RFI Suivre
2 mn

le chef de la secte Bundu dia Kongo a été conduit samedi 25 avril, avec sa conjointe, au Centre neuro-psychopathologique (CNPP) de Kinshasa pour des examens appropriés. Le parquet s’est adressé à cet établissement spécialisé pour se rassurer de son état psychologique et mental. Ne Muanda Nsemi a passé la nuit de vendredi à samedi  au commissariat provincial de la police de Kinshasa, après avoir reçu des soins à la clinique de Ngaliema dès les premiers moments de son arrestation. 

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Avant le transfert de Ne Muanda Nsemi au CNPP, son avocat, Philippe Kibangu, l’a rencontré samedi matin au commissariat provincial de la police. L’avocat, qui a déclaré avoir accédé difficilement aux installations, a affirmé que son client était serein, en dépit d’une plaie à la tête. 

Le chef spirituel de Bundu-dia-Kongo a été blessé vendredi au cours de l’opération de police qui a conduit à son arrestation. Le caucus des députés de la province du Kongo Central est, lui, allé prendre langue avec la police. 

Sur instruction du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, 8 femmes et 3 enfants ont été libérés samedi soir, annonce le général Sylvano Kasongo. Selon cet officier, d’autres personnes, plus d’une centaine, avec des charges légères le seront également ce dimanche matin. 

Il est prévu qu’un convoi de bus les accompagne dans leurs lieux de provenance, au Kongo Central. Seuls devront rester en détention 45 hommes sur qui pèsent de lourdes présomptions. La police affirme avoir trouvé sur eux des armes blanches et des fusils. Ces hommes devront en répondre devant la justice. Peut être aux cotés de Ne Mwanda Nsemi, si ce dernier est reconnu sain d’esprit après les examens au CNPP. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.