Accéder au contenu principal

Mali: la société civile de Kayes demande justice» après la mort d'un jeune

Le pont traversant le fleuve Sénégal à Kayes (image d'illustration).
Le pont traversant le fleuve Sénégal à Kayes (image d'illustration). Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0 Gregor Rom
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le calme est revenu ce matin à Kayes, cette ville de l'ouest du Mali, théâtre de violences ces deux derniers jours, émeutes consécutives à la mort d'un jeune homme lundi soir, tué par un policier alors qu'il circulait à moto.

Publicité

Depuis le début de la semaine, un commissariat a été incendié et deux autres jeunes ont perdu la vie dans ces affrontements. Des jeunes qui ont bloqué certaines artères de la ville exprimaient aussi leur mécontentement face au couvre-feu imposé pour limiter la propagation du coronavirus.

►À lire aussi : Mali : violences à Kayes après la mort d'un jeune motocycliste

Mamadou Coulibaly, le président de la société civile de Kayes, explique pourquoi la situation était déjà tendue et pourquoi cette mort à mis le feu aux poudres : « C’est la première fois que cela se passe au niveau de notre ville. La plupart des jeunes sont dans l’économie informelle. Avec le couvre-feu, cela a beaucoup impacté leurs activités. Ils dénoncent leurs conditions de vie et de travail. Donc, aujourd’hui, les jeunes sont dans cette dynamique à ce qu’il y a eu cette malheureuse altercation. »

Une justice exemplaire pour apaiser la situation

D’après lui, la population est sous le choc suite à ces évènements et il demande une justice exemplaire : « On a perdu trois jeunes. Cela a choqué la population de Kayes. C’est un fait exceptionnel. Cela n’arrive jamais. S’il y a de la violence, cela veut dire les jeunes ont été violentés. C’est pourquoi ils ripostent. Ils ne manifestent jamais comme cela. On a demandé que justice soit faite suite à l’assassinat d’un jeune de 17 ans par un policier. Il faudra que ces criminels soient mis aux arrêts, jugés puis punis ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.