Accéder au contenu principal
Reportage

Centrafrique: Paoua se prépare à accueillir les premières unités mixtes

Les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) lors du début de leur formation à Bouar en Centrafrique en octobre 2019.
Les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) lors du début de leur formation à Bouar en Centrafrique en octobre 2019. RFI/Charlotte Cosset
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) ont clôturé officiellement leur formation cette semaine à Bouar, leur déploiement est imminent. Leur première affectation est Paoua. Sur place, elles sont très attendues.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Paoua, Charlotte Cosset

Dernières finitions sur le camp qui est prêt à accueillir les deux premières compagnies d'USMS à Paoua. Les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS), ces unités prévues par les accords de paix signés à Bangui en février 2019 seront composés d’anciens membre des groupes armés, de policiers ou de gendarmes sous l’ordre des FACA, l’armée centrafricaine.

Léon Bossou le chef de groupe du quartier vient inspecter les lieux : « Nous n’avons pas peur parce qu’on a déjà fait le désarmement, ils sont tous désarmés, on les a formés, ils viennent ici pour la sécurité dans cette zone. Même si certains éléments des 3R restent dans la brousse derrière les Peuls. Ce sont les 3R qui nous font peur. »Mais le chef de groupe du quartier se dit prêt à accepter des anciens 3R mais à condition « qu’ils viennent avec un bon cœur. »

Une force de 300 hommes à Paoua

Ces quelques craintes sont partagées par les populations. De son côté, le sous-préfet Martin Kossi se veut rassurant : « Le nœud de notre problème ici à Paoua c’est la transhumance, donc s’ils sont là c’est à l’avantage de la population de Paoua. Il n’y a pas de craintes parce qu’ils sont formés, ils seront mixtes il y aura de la police de la gendarmerie sous contrôle des FACA. Donc, je vois que c’est un avantage cette idée des USMS. Je suis en train de sensibiliser la population, qu’elle soit tranquille parce que c’est leur avantage. »

Plus de 300 hommes vont être ainsi basés à Paoua et auront pour mission de sécuriser la transhumance dans la zone. Transhumance dont la saison se termine. Les éleveurs sont actuellement en train de remonter vers le Tchad.

►À lire aussi : Centrafrique : le président Touadéra en visite à Bouar

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.