Accéder au contenu principal

Kenya: grève repoussée de trois semaines dans le secteur médical

Des chercheurs de l'Institut Kemri devant l'une des machines chargées de détecter le Covid-19 dans des échantillons, Kenya, avril 2020.
Des chercheurs de l'Institut Kemri devant l'une des machines chargées de détecter le Covid-19 dans des échantillons, Kenya, avril 2020. RFI/Sébastien Nemeth
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Kenya, le personnel de santé donne un répit au gouvernement. Plusieurs syndicats avaient appelé à la grève à partir de ce lundi pour exiger des améliorations salariales et protester contre le manque de protection des employés face au Covid-19. Le mouvement social a été repoussé.

Publicité

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Nemeth

Après des discussions ce week-end avec le ministère de la Santé, les syndicats ont repoussé de 21 jours leur grève pour laisser une chance aux négociations. Un cadre du dialogue a été adopté pour continuer les contacts durant ces trois semaines.

Même si les revendications ne sont pas nouvelles, les relations entre le gouvernement et les professionnels de santé se sont tendues depuis l’arrivée du Covid-19. Ces derniers réclament des mesures sociales comme des promotions ou encore une harmonisation des assurances, des aides sociales et des primes de risques. À côté, ils accusent les autorités de prendre à la légère leur situation, alors qu’ils sont en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Depuis l’arrivée de l’épidémie au Kenya, les agents de santé pointent régulièrement le manque d’équipement et de protection pour traiter les malades.

Des actions ponctuelles

Certains mouvements d’humeurs ponctuels ont été observés. Mi-mars, des infirmiers du plus grand centre de quarantaine avaient organisé un « go slow », en continuant le travail, mais à un rythme plus lent. Fin mars, certains agents avaient même refusé de prendre en charge des patients suspectés d’avoir attrapé le coronavirus. Certains syndicats ont d’ailleurs conseillé à ceux qui ne se sentaient pas en sécurité, d’exercer un droit de retrait.

Une grève dans le secteur de la santé tomberait à un bien mauvais moment pour le Kenya, alors que le pays est en pleine campagne massive de tests et que le nombre de malades augmente à un rythme de plus en plus rapide.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.