Accéder au contenu principal

Comores: l'attentat déjoué contre le président laisse l'opposition sceptique

Le président des Comores, Azali Assoumani, lors de la journée de vote pour le référendum constitutionnel à Moroni, le 30 juillet 2018 (photo d'illustration) .
Le président des Comores, Azali Assoumani, lors de la journée de vote pour le référendum constitutionnel à Moroni, le 30 juillet 2018 (photo d'illustration) . TONY KARUMBA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Aux Comores, certains opposants, dénoncent l’attentat déjoué contre le président Azali Assoumani comme un complot supplémentaire de l’exécutif visant à légitimer des arrestations chez ses détracteurs. L’an dernier, le président Azali avait déjà affirmé avoir échappé à un attentat, également à Anjouan, en pleine campagne pour sa réélection. Une attaque dénoncée par l’opposition comme fictive à l’époque.

Publicité

Avec notre correspondante à Moroni, Anziza M’Changama

Depuis l'annonce, ce vendredi 22 mai, de l'arrestation d’une vingtaine de personnes dans le cadre d'un attentat à la bombe déjoué contre l'avion du président Azali au mois d'avril dernier, l'opposition comorienne reste très sceptique sur les preuves apportées par la justice.

Le mot clé dans cette affaire reste le « complot » : complot terroriste pour l’exécutif et complot dictatorial déguisé pour les opposants qui remettent notamment en question plusieurs points des révélations faites par le procureur au grand public concernant l’attaque de l’avion du président.

D'autres arrestations à venir

Sur le matériel en lui-même d’abord, une bombe à la fois artisanale et à la fois contrôlable à distance, ne leur semble pas crédible. Cela n’en est pas moins possible. Ils accusent ensuite le procureur d’avoir feint d’exhiber des photos, lors de la conférence de presse, censées démontrer la puissance de cette bombe avec une maison soufflée et l’homme qui transportait l’engin explosif grièvement blessé, alors même que personne en réalité n’a pu distinguer ce qu'il y avait sur les images balayées très rapidement par le magistrat.

En revanche, tous prennent très au sérieux ses annonces quant à d’autres arrestations à venir de commanditaires et financeurs supposés dans cette affaire. Selon les opposants, cela reste la manière classique de l’exécutif d’établir une nouvelle liste de personnes dans leurs rangs à emprisonner.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.