Accéder au contenu principal

Érythrée: détresse alimentaire en terre Afar

Le pays Afar, en Érythrée, est l'un des territoires les plus chauds du globe.
Le pays Afar, en Érythrée, est l'un des territoires les plus chauds du globe. Getty Images/Harry Hook
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Érythrée affirme que les 39 patients atteints du virus Covid-19 sur son territoire sont désormais guéris... mais on en sait plus sur les conséquences du confinement strict, imposé par les autorités de ce pays très fermé, début avril, notamment dans les régions les plus reculées et les plus pauvres, comme la région Afar qui borde la mer Rouge.

Publicité

Le pays Afar est l'un des territoires les plus chauds du globe et les plus déshérités. En Érythrée, il s'agit également d'un territoire très isolé, bordant l'Ethiopie et Djibouti, séparé des terres agricoles par le mur du haut-plateau où se trouve la capitale, Asmara. Mais la pandémie de Covid-19 ne l'a pas épargné des mesures coercitives imposées à tout le pays. L'armée a effectivement été déployée pour empêcher tout mouvement dans les villages ou entre les villages, dans cette région de pêcheurs et de caravaniers.

Arraisonnements de convois, saisies de bateaux de pêche, expulsions des patients hors des rares centres de santé, rationnement insuffisant... Exemples à l'appui, l'Organisation des droits humains des Afars de la mer Rouge (Red Sea Afar Human Rights Organisation, RSAHRO) a dénoncé, dans un communiqué publié dimanche, les mesures abusives prises, selon elle, par le gouvernement d'Asmara contre les Afars. La RSAHRO alerte désormais sur le début de famine dans cette région aride où les expulsions forcées afin de récupérer les terres et leurs ressources, sont dénoncées depuis des années.

« Les Afars vivant sur la côte, d'habitude, se déplacent sur la mer. Ils pêchent, ils font le commerce du poisson et des ressources marines mais tout cela a été stoppé. Donc, depuis deux mois on assiste à une crise alimentaire très grave. La ration de base distribuée par le gouvernement et le parti unique, ce sont 2 kilos et demi de farine de sorgho et 1 kilo et demi de sucre, par personne et par mois. Et les gens ont survécu avec ça pendant deux mois ! Et pire encore : aujourd'hui, il n'y a plus de nourriture, plus rien. Les gens ont faim et n'ont pas le droit de bouger. Depuis début avril, les autorités ont arraisonné de très nombreuses caravanes de chameaux apportant de la nourriture d'Ethiopie ou de Djibouti. Ils ont également saisi les bateaux arrivant du Yémen. Et tout cela pour atteindre leur objectif politique: faire fuir les gens loin de leurs propres terres, en créant une situation invivable, intolérable pour les Afars », explique Ibrahim Ahmed dit Afarensis, porte-parole de la RSAHRO.

La RSAHRO dénonce enfin la politique d'isolationnisme du gouvernement, s'agissant de l'aide alimentaire. Selon elle, comme elles ont refusé l'aide apporté par le milliardaire chinois Jack Ma, les autorités ont également plusieurs fois refusé que les forces navales émiraties stationnées dans le port d'Assab apportent un soutien aux populations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.