Accéder au contenu principal

Tchad: le chef rebelle Miskine a été présenté à un juge d'instruction

Sur cette image non datée communiquée par le mouvement à l'AFP, le chef rebelle du FDPC Abdoulaye Miskine avec ses hommes à Biti.
Sur cette image non datée communiquée par le mouvement à l'AFP, le chef rebelle du FDPC Abdoulaye Miskine avec ses hommes à Biti. FDPC / AFP

Abdoulaye Miskine et trois membres de la rébellion centrafricaine interpellés au mois d’octobre de l’année dernière ont été présentés lundi 1er juin à un juge d’instruction. Le chef rebelle, dont Bangui réclame l’extradition, entame un parcours judiciaire qui risque de durer au Tchad.

Publicité

Avec notre correspondant à Ndjamena,  Madjiasra Nako

Vendredi dernier alors qu’ils venaient d’être confiés à la justice par les services de renseignements qui les détiennent depuis le mois d’octobre, Abdoulaye Miskine et trois de ses compagnons n’ont pu rencontrer un juge d’instruction pour décider de leur sort. C’est finalement ce lundi 1er juin que le doyen des juges d’instruction a pris connaissance de leur dossier et les a envoyés à la maison d’arrêt.

« Le juge d'instruction leur a notifié deux infractions, à savoir direction et organisation de mouvement insurrectionnel et viol, et [les a] placés sous mandat de dépôt à la maison d'arrêt d'Ndjamena », Me Mognan Kembetiade, un de leurs avocats.

Selon de sources judiciaires, le Tchad qui s’est opposé à la demande d’extradition des quatre membres de la rébellion centrafricaine, souhaite officiellement rendre justice à certains de ses ressortissants qui ont été victimes pendant la crise centrafricaine des affres commis par les hommes de Abdoulaye Miskine et ses compagnons.

Pendant ce temps, la Cour pénale internationale et la justice centrafricaine qui ont des questions à poser à certains d’entre eux, devront patienter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.