Accéder au contenu principal

En RDC, un nouveau massacre endeuille la province de l’Ituri

Bunia, Province de l'Ituri, RD Congo: les soldats de la Monusco, mars 2014. (Illustration)
Bunia, Province de l'Ituri, RD Congo: les soldats de la Monusco, mars 2014. (Illustration) Photo MONUSCO / Force
Texte par : RFI Suivre
2 min

Dans la nuit de mardi à mercredi, des individus ont attaqué le territoire de Djugu tuant hommes, femmes et enfants à l'arme blanche et avec des armes à feu. Depuis 2017 dans cette zone, la milice Codeco, la Coopérative pour le développement du Congo sévit dans la zone. Selon la Monusco, dans la nuit de mardi à mercredi, au moins 16 civils ont été tués. Un bilan encore provisoire.

Publicité

Dans les localités qui sont proches, il y aurait encore eu d’autres cas de morts. Codeco attaque depuis 2017 et Codeco attaque systématiquement. Ces attaques-là interviennent, malheureusement alors qu’il y a une réunion du Comité provincial de sécurité. Et cette réunion avait réuni tous les chefs de secteurs, chefferies, groupements de Djugu. Et à l’occasion, ces chefs de chefferies, secteurs, ont eu à citer les lieux où se trouveraient les éléments de Codeco. Nous nous inquiétons du retard d’observation de l’armée, face à une dénonciation localisant en quelque sorte les éléments de Codeco. Ici, on a remarqué une intervention anticipative de l’armée. Nous avons plaidé pour un état de siège en Ituri, parce que le mal est profond. Il y a des milices partout et le nombre de morts ne fait qu’augmenter.

Jean Bosco Lalo, coordinateur de la société civile de l’Ituri

Lundi, l'armée congolaise avait annoncé avoir tué 18 combattants de la Codeco et déploré la mort d'un soldat.

La CPI vigilante

Face à la montée des violences qui ont déjà fait des centaines de morts ces derniers mois, la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda se dit « profondément préoccupée ». Elle met en garde les groupes armés, mais interpelle également les autorités congolaises pour que de véritables enquêtes soient menées. 

J'appelle tous les groupes et toutes les parties à cesser sans délai toutes les attaques, notamment contre la population civile, et à s'abstenir de recourir à toute violence criminelle contraire au statut de Rome de la CPI. Et j'encourage les autorités compétentes de la RDC à intensifier leurs efforts pour que des enquêtes véritables soient menées.

Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.