Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie le samedi 6 juin

L’Union africaine veut tripler le nombre de tests. Ici, à Durban, en Afrique du Sud, le 4 avril 2020
L’Union africaine veut tripler le nombre de tests. Ici, à Durban, en Afrique du Sud, le 4 avril 2020 REUTERS/Rogan Ward
Texte par : RFI Suivre
6 min

Selon Africa CDC, le Centre africain de prévention des contrôles des maladies, le continent recensait ce samedi 177 953 cas de Covid-19 et 4 936 décès dus à la maladie. L’Afrique du Sud, l’Égypte et le Nigeria sont toujours les deux plays les plus touchés par la pandémie.

Publicité

• Prolongement du couvre-feu au Sénégal

Troisième pays le plus touché par le nouveau coronavirus en Afrique de l’Ouest, avec plus 4 000 cas officiellement détectés et 45 décès le Sénégal a décidé de proroger l’état d’urgence sanitaire, ce vendredi.

Sénégal: la recrudescence des cas de coronavirus inquiète les autorités

Sur Twitter, Aly Ngouille Ndiaye, le ministre de l’Intérieur, a maintenu le couvre-feu sur l’ensemble du territoire entre 23 heures et 6 heures et rappelé l’obligation de respecter les règles sanitaires et de distanciation physique. Sont également interdites les manifestations populaires en dehors des salles de sport, des casinos et des restaurants.

• Le Sénégal poursuit le traitement à base d’hydroxychloroquine

« Compte tenu de la polémique, nous ne nous baserons que sur nos résultats pour prendre des décisions. Nous allons donc poursuivre le traitement à base d'hydroxychloroquine. » Ce sont les mots du professeur Moussa Seydi, chargé du protocole de soin pour les malades du Covid-19 au Sénégal. En conférence de presse ce samedi 6 juin il assurait, que « L'hydroxychloroquine est efficace pour réduire la charge virale, pour prévenir les complications pouvant mener au décès, et c'est un traitement est bien toléré ».

Le professeur sénégalais se base sur l'analyse de 559 patients, dont la durée d'hospitalisation est plus courte que pour les patients qui ne prennent pas d'hydroxychloroquine avec, avec en moyenne 10,5 jours à l'hôpital contre 13 jours pour les autres. Il assure également que 100% des patients qui ont pris la molécule avant l'apparition de complications sont guéris, et que seuls 2% d'entre eux ont eu des effets secondaires, « bénin et réversible sans traitement supplémentaire ».

• L’Union africaine veut tripler le nombre de tests

Le continent a pour le moment conduit 3,4 millions de tests, un nombre que le directeur du Centre africain de prévention des contrôles des maladies (CDC Afrique) John Nkengasong voudrait voir grimper à 10 millions dans « les deux à trois mois », a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Addis Abeba.
Les données actuelles indiquent un taux de 1 700 tests pour un million de personnes sur le continent, bien loin derrière les 30 000 tests pour un million d'habitants au Royaume-Uni ou les 37 000 pour un million en Italie, a précisé M. Nkengasong.

Jeudi matin, l'Afrique avait enregistré un total de 162 000 cas et 4 600 décès depuis le début de l'épidémie de nouveau coronavirus, avec une moyenne de 5 400 nouveaux cas par jour sur les sept jours écoulés.

Ces chiffres pourraient augmenter de façon significative à mesure que des pays assouplissent les mesures de restriction prises pour enrayer l'épidémie.
« Notre situation va sûrement empirer avant de s'améliorer », a prédit M. Nkengasong.« Tandis que nous commençons à relâcher les mesures de confinement, ce qui fait partie de l'équilibre à trouver entre sauver des vies et sauver l'économie, nous nous attendons à voir ces statistiques augmenter » , a-t-il ajouté.

Le CDC Afrique a déjà distribué 2,5 millions de tests aux membres de l'Union Africaine. Mais certains pays connaissent des pénuries.

• Angélique Kidjo : « Le Covid a été un moment de réflexion, qui confirme qu'il faut rester humble »

Pour Angélique Kidjo, star de musique africaine connue pour son militantisme et ses expériences de fusion entre musiques africaine et occidentale, la pandémie de coronavirus comme les manifestations actuelles contre le racisme aux Ètats-Unis ont étalé au grand jour les défauts d'un capitalisme qu'elle appelle à réformer.
Ambassadrice de l'Unicef, la chanteuse, qui aura 60 ans le 14 juillet – deux semaines avant le 60e anniversaire de l'indépendance du Bénin où elle est née – a notamment enregistré récemment une version du tube anti-apartheid « Pata Pata », de la légende sud-africaine Miriam Mabeka, avec des paroles remaniées pour encourager la distanciation face à la pandémie.

 

  • Les autorités du Gabon inquiètent du non-respect des gestes barrières

Le Gabon a franchi hier vendredi la barre de 3 000 cas positifs au Covid-19, pour 21 décès et 833 guérisons. Cette hausse spectaculaire des contaminations inquiète le gouvernement même s’il reconnait que cela est dû au dépistage massif lancé il y a quelques semaines. Le ministère de l’Intérieur pour sa part a ordonné la fermeture des commerces non essentiels, notamment la vente de la friperie.  Reportage au marché Mont Bouet, le plus grand de la capitale.

Reportage au marché Mont Bouet, le plus grand de la capitale

  • Congo : un respirateur artificiel made in Congo mis au point par des chercheurs

Des chercheurs venus de la Société Chalenge Futura, de la Fondation congolaise pour la recherche médicale (FCRM) et de l’Université Marien Ngouabi, inspirés par un inventeur espagnol, viennent de mettre sur pied un respirateur. « Ce respirateur est encore appelé un ventilateur pulmonaire. Il permet d’assurer une assistance de respiration quand les gens ne peuvent plus respirer totalement ou partiellement par leurs propres efforts. Nous nous sommes inspirés d’un modèle qui a été mis au point en Espagne et qui a fait ses preuves pendant la riposte à la Covid-19 dans ce pays », a expliqué M. Tsengué-Tsengué.

Pourquoi ce respirateur est dit made in Congo? Réponse du professeur Francine Ntoumi de la Fondation congolaise pour la recherche médicale (FCRM). « L’intéressant avec ce respirateur made in Congo est qu’il a été construit pendant cette période de confinement (qui a duré du 31 mars au 18 mai, NDLR). Tous les matériaux utilisés pour sa fabrication ont été trouvés sur place au Congo. C’est là où le génie congolais a été mis en exergue parce qu’il a fallu s’adapter », a souligné Mme Ntoumi.

Le travail des chercheurs est de mettre des équipements au point ; la fabrication à grande échelle est du ressort des entreprises à qui l’inventeur Tsengué-Tsengué a demandé de prendre le relais. Du laboratoire où le respirateur made in Congo a été conçu, sont également sorties des visières pour la lutte contre le coronavirus. Le Covid-19 a contaminé 683 personnes et a causé la mort à 22 autres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.