Accéder au contenu principal

Procès Lamine Diack: l'implication russe au coeur des débats

Lamine Diack, le 13 janvier à Paris.
Lamine Diack, le 13 janvier à Paris. REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Lamine Diack, l’ex-patron sénégalais de l’athlétisme mondial et ses cinq co-prévenus dont son fils Papa Massata Diack, sont poursuivis pour leur implication présumée dans un système de corruption destiné à protéger des athlètes russes dopés. Pour le deuxième jour de son procès ce 10 juin, la cour s’est intéressée aux contreparties qu’aurait obtenues Lamine Diack en échange du ralentissement des procédures de sanctions des athlètes suspects. Il s'agirait de contrats de sponsors et de droits télévisés pour la fédération, mais aussi d'un financement de l’opposition à Abdoulaye Wade pour les campagnes électorales de 2012 au Sénégal.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale au tribunal de Paris, Laura Martel

Un mail de juillet 2013 de Papa Massata Diack à propos d’un cadre de l’IAAF (International Association of Athletic Federations) qui s’étonne de la présence d’athlètes russes suspects aux Mondiaux, a mis les enquêteurs sur la piste. « Il lui a été clairement expliqué le rôle politique joué par la Russie dans les combats politiques au Sénégal entre novembre 2011 et juillet 2012, présidentielle et législatives », écrit-il à son père, Lamine Diack.

Un million de dollars pour batte Wade

Confronté à cet email en garde à vue, Lamine Diack, rappelle la présidente, dit vouloir prendre ses responsabilités et reconnait l’existence d’un accord avec Valentin Balakhnitchev, alors trésorier de l’IAAF et président de la Fédération russe d’athlétisme. « J’avais dit qu’il me fallait un million et demi de dollars pour battre [Abdoulaye] Wade. La Russie a financé », déclare Lamine Diack aux enquêteurs.

Toutefois, souligne la présidente, il ne précise alors ni le nom des destinataires ni les modalités de financement, se bornant à pointer : « C’est mon fils, Papa Massata Diack, qui devait coordonner tout cela avec Balakhnitchev ».

Pour le côté russe en revanche, « l’aide venait nécessairement du gouvernement », déclare l’ex-patron de l’IAAF aux enquêteurs auxquels il indique aussi avoir évoqué la situation politique sénégalaise avec le ministre russe des Sports en novembre 2011.

Devant les enquêteurs, Lamine Diack avait également évoqué un financement politique russe antérieur qui date de 2009 et n’entre pas donc pas dans le cadre des poursuites actuelles. À l’époque, il avait déjà sollicité une aide pour les municipales en demandant à Valentin Balakhnitchev de passer le message au président Vladimir Poutine, qu'il avait rencontré en 2006.

« Le message est passé. L’ambassadeur de Russie à Dakar m’a contacté. La Russie a donné 400-450 000 euros pour la campagne », déclare alors Lamine Diack aux enquêteurs, en indiquant que l’argent a servi à financer notamment des véhicules et des meetings.

Ce 10 juin doit avoir lieu première audition très attendue de Lamine Diack s’il maintient toutes ses déclarations. Son ex-conseiller, l’avocat Habib Cissé, était ce matin à la barre pour s’expliquer sur son rôle et les autres contreparties présumées liées aux sponsors et droits télévisés.

Affaire Diack: «C'est un procès hors du commun»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.