Accéder au contenu principal

Sur le terrain, la Libye partagée en deux zones d’influence turque et russe

Des combattants fidèles au Gouvernement d'union nationale après avoir repris contrôle de Tripoli, le 4 juin 2020.
Des combattants fidèles au Gouvernement d'union nationale après avoir repris contrôle de Tripoli, le 4 juin 2020. REUTERS/Ayman Al-Sahili
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) a refusé de s’asseoir à la table du dialogue avec le camp de l’est libyen avant de reprendre les deux villes stratégiques de Syrte et d’Al-Joufra en amont de ces négociations militaires pour un cessez-le-feu. Il a également refusé l’initiative égyptienne pour un cessez-le-feu. Mais la pression internationale, russe principalement, s’accroit sur ce gouvernement pour qu’il se mettre autour de la table et qu’il accepte ce partage de la Libye conçu par Moscou et Ankara. La partition du pays en deux zones d’influence turque et russe se reflète sur le terrain.

Publicité

Aujourd’hui, chaque camp libyen semble tributaire militairement et politiquement de ses deux gros parrains. La Libye est partagée en deux grandes zones d’influence entre, d’un côté, la Turquie soutenue par les Etats-Unis à l’ouest, de l’autre la Russie, à l’est.

La base stratégique d’al-Witya ainsi que l’aéroport Maitigua à Tripoli, pourrait devenir des bases militaires turquo-américaine, Al-Joufra et Syrte des bases russes. Plusieurs spécialistes affirment que cette partition de la Libye en zones d’influence ressemble à celle opérée par les deux pays en Syrie.

Ce partage se traduit déjà sur le terrain. Moscou laisse entendre qu’elle a tracé des lignes rouges que le GNA ne doit pas franchir : le kilomètre 60 en allant vers Syrte, et le kilomètre 80 en allant vers Al-Joufra au sud. Ces deux villes stratégiques sont des verrous en direction des installations pétrolières du centre de pays : les plus importantes du pays.

Depuis le 6 juin dernier, au lendemain de la défaite de Khalifa Haftar et de son retrait de Tripoli, toute tentative du GNA pour franchir ces lignes a été durement réprimée à coup de MiG-29 russes récemment dépêchés en Libye.

L’ONU a annoncé mercredi dernier que les pourparlers indirects entre les membres du comité militaire représentant les deux camps libyens ont repris en visioconférence sur la base du projet de l’accord de février dernier. L’ONU affirme qu’elle a eu séparément deux réunions à part avec chaque délégation et que les discussions ont été « fructueuses ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.