Accéder au contenu principal

Tourisme en temps de crise: le Maroc veut séduire la clientèle nationale

Le marché Jemaaa-el-Fna, à Marrakech
Le marché Jemaaa-el-Fna, à Marrakech Luc Viatour/Wikimedia Commons
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Malgré une levée partielle du confinement, les autorités marocaines ont décidé, il y a trois jours, de prolonger l'état d'urgence sanitaire dans les grandes villes touristiques du pays. Privé du tourisme étranger, le Maroc veut séduire la clientèle nationale et lance une campagne de communication pour « faire connaître aux Marocains toute la richesse et la diversité »de leur territoire.

Publicité

Le Maroc fait partie des pays qui ont pris très rapidement des mesures sanitaires pour lutter contre le nouveau coronavirus. La population observe un confinement strict depuis la mi-mars, et les frontières restent fermées.

Ces restrictions plongent le secteur du tourisme dans une crise sévère. Au cours des quatre premiers mois de l'année, le nombre de touristes a chuté de 45% par rapport à la même période l'an dernier. Sans visibilité sur une date de réouverture des frontières, les professionnels du tourisme comptent sur la clientèle locale pour atténuer le choc économique.

Le tourisme est un secteur clé, il représente environ 10% de la richesse du royaume. Les autorités ont donc lancé une campagne de communication auprès de leurs nationaux afin de les inciter à voyager dans leur pays, même après la levée des restrictions, et leur promettent des offres à des prix préférentiels.

Mais rien ne dit que cela fonctionnera. Depuis l'ouverture de nombreuses liaisons aériennes, les plus aisés préfèrent passer leurs vacances en dehors du pays. Ils affectionnent particulièrement la Costa del sol en Espagne, une destination abordable pour les familles avec moins de contraintes sociales.

En 2018, pour la première fois, les touristes marocains étaient plus nombreux en Espagne que les visiteurs espagnols au Maroc.

À lire aussi: Coronavirus au Maghreb: après le coronavirus, la crainte de maux socio-économiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.