Accéder au contenu principal

Crime rituel au Bénin: le meurtrier d'une fillette condamné à la prison à perpétuité

La cour a condamné l'assassin de Gracia Prunelle à la réclusion criminelle à perpétuité. (image d'illustration)
La cour a condamné l'assassin de Gracia Prunelle à la réclusion criminelle à perpétuité. (image d'illustration) Getty Images/ Spaces Images
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le procès très attendu de deux hommes accusés d’avoir tué une fillette de 7 ans s’est tenu ce lundi 15 juin à Cotonou. L’enlèvement et l’assassinat de Gracia Prunelle dans le but de prélever ses organes pour la préparation d’un « savon magique » a ému le pays. La cour a prononcé un acquittement au bénéfice du doute et condamné le second prévenu à la réclusion criminelle à perpétuité.

Publicité

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

La Cour a condamné Martial Bignon Zoï à la réclusion criminelle à perpétuité. A la surprise générale, son co-accusé, Gratien Missigbèto, a été acquitté au bénéfice du doute. Le procureur de la République, ministère public à l’audience, a annoncé qu’il allait faire appel.

C’est pourtant Gratien Missigbèto, 22 ans, qui a demandé à Martial Bignon Zoï un gris-gris pour faire prospérer son arnaque sur internet. Martial Bignon Zoï lui a alors promis « le savon de la chance » dont la préparation nécessite des organes humains. Martial Bignon Zoï a d’abord ciblé sans succès des prostituées avant de jeter son dévolu sur Gracia Prunelle, 7 ans, dont il connait bien les parents. Le 3 février, en fin d’après-midi, la petite fille est enlevée et tuée avec un pilon et un couteau.

Martial Bignon Zoï a reconnu les faits lors d'un récit glaçant et devant une assistance prise par l'émotion. « Il faut être un monstre froid pour infliger tant de violence à une fillette de 7 ans », a dénoncé le procureur.

Tout au long du procès, les parents de Gracia sont restés dignes. Tous avaient enfilé un t-shirt blanc à l’effigie de la petite fille, avec comme inscription dans le dos, « non à l’assassinat des enfants ». Mais ils ne comprennent pas l’acquittement de Gratien Missigbèto. Le ministère public a pourtant essayé de convaincre la cour sur la complicité de pratiques de charlatanisme du commanditaire. Ce dernier a même versé 18 000 F pour le sordide travail.

L’avocat de Gratien Missigbèto a expliqué qu’ « il n’y a aucun élément matériel contre son client ». La cour l’a suivi. Me Nadine Sakponou Dossou, l’avocate des parents de Gracia Prunelle, n’est pas satisfaite de la décision : « Je suis mitigée. Si le commanditaire n’avait pas commandé son gris-gris, l’autre n’aurait pas tué la petite. Il faut condamner aussi ceux qui font appel aux personnes qui font du gris-gris au motif qu’ils ont envie d’être riches. »

Le commanditaire acquitté et le condamné ont quitté la salle, menottés ensemble et sous bonne escorte policière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.